Le , par
Carrefour Avignon : ma visite “j’aime / j’aime pas”

LaVisite

Retour à Avignon* pour la visite “J’aime/J’aime pas” de l’hyper Carrefour. En résumé (pour ceux qui n’auront pas le temps de feuilleter le DOSSIER GRANDE CONSO argumenté), j’achète toujours la direction : lorsque l’heure est au sauvetage d’un hyper, la logique “par les coûts” s’impose. Et, finalement, le côté punitif que j’avais pu observer lors des premières visites a grandement disparu dans la dernière ligne droite. Pour autant, les racks demeurent et le carrelage n’a pas été refait ! En revanche, côté “j’aime pas” : la qualité d’exécution du prix. A dire vrai, je m’y attendais un peu. C’est la difficulté de ces concepts “pensés en haut” et dont le client ne voit que l’exécution “en bas”. Ici, Carrefour promet beaucoup sur le prix. Mécaniquement, il doit rehausser “son niveau de jeu” pour être à la hauteur de la promesse. C’est dur, sans doute. Mais c’est argumenté. Et ce n’est que mon avis ! A chacun le sien. 

Pour la visite, un p’tit clic ici >>

* oui, je sais ce que penseront certains : encore Avignon ! Mais j’assume. Quand Carrefour propose une réinvention de l’hyper (même par les coûts), impossible de ne pas s’y intéresser. D’où mes nombreuses visites.