Le , par
Marques et enseignes : engagez-vous ! (épisode 2…)

Mise en page 1_Page1

Suite de cette série sur les engagements que les marques ou les enseignes pourraient (ou devraient) prendre. Au premier rang desquels ce que j’appelle la “symétrie dans les promesses d’origine”. En clair, revendiquer à l’identique l’origine des matières premières qu’elles soient françaises ou non. Ce qui, par ricochet, renforcerait la valeur de l’offre France puisque comparée non pas à un produit “anonyme” (en tous les cas pour l’origine) mais à un produit clairement nommé. Exemple ici chez Intermarché sur la catégorie conserves de tomates. Saint Eloi, la marque maison, revendique l’origine uniquement lorsqu’elle est française (à droite). Mais la passe sous silence lorsqu’elle ne l’est pas (à gauche, pour la version bio). Et comme cet engagement n’a de chance d’aboutir que s’il est collectif (toutes les enseignes pour leurs MDD), c’est à l’ensemble des “patrons” que je m’adresse : engagez-vous collectivement à la symétrie dans les promesses d’origine. La conséquence est connue : peu à peu, vous privilégieriez davantage encore l’offre France parce que c’est la demande des consommateurs, lorsqu’ils le savent évidemment. Et comme c’est aussi l’intérêt des paysans français… Chiche ? 

NB 1 : en fin de semaine, j’adresserai copie de ces posts (j’ai tellement d’exemples dans ma musette…) aux patrons concernés, d’enseignes comme de fédérations professionnelles. Naturellement je publierai leurs réponses. Ou soulignerai leur désintérêt pour le sujet. Les voici prévenus. 

NB 2 : cette idée porte même un nom… SAME or SHAME. Un peu violent certes mais clair à comprendre : appliquer le même niveau de visibilité de l’origine (française ou non) ou que la honte s’abatte sur vous ! 

Sans titre-1