À la une

Après l'Espagne et la Roumanie (notamment), Carrefour lance Supeco en France

Supeco

Le 4 septembre, une nouvelle enseigne Carrefour débarquera en France : Supeco. Nouvelle enseigne (et non une simple déclinaison de la marque maison) car Supeco est aussi un nouveau concept, hybride de supermarché et de cash & carry, créé en Espagne en 2012. En France, le projet était “dans l’air” depuis longtemps déjà. Notamment depuis que Pascal Clouzard, ex-patron de l’Espagne, a pris la direction de Carrefour France. Il en connaît donc bien à la fois le concept et les vertus économiques (l’activité cash & carry nécessite en effet peu de capitaux avec une charge d’investissement faible et des coûts d’exploitation plus modestes qu’un supermarché classique). A date, Carrefour exploite 41 Supeco en Europe : 23 en Espagne, 15 en Roumanie, 1 en Italie et 2 en Pologne.

Dans sa version originelle (espagnole donc), Supeco jauge de 1 500 à 2 000 m2, présente au maximum 2 500 références (10 fois moins qu’un super classique), ce qui permet une présentation plus massifiée : palettes et cartons en prêt à vendre. Originalité supplémentaire, un double affichage prix : à l’unité et en grande quantité. Le tout dans une ambiance proche de l’entrepôt. Avantage : à surface équivalente, le coût-outil Supeco est nettement inférieur à celui d’un Carrefour Market. La tentation – légitime – est donc de transformer des Market en situation économique et commerciale difficile. Précisément le cas des deux premiers sites que j’ai identifiés : Valenciennes et Onnaing dans le Nord, et qui ouvriront donc le mois prochain. Reste quand même une interrogation : des sites objectivement difficiles (et avec l’historique induit) sont-ils la meilleure option pour démontrer la pertinence d’un nouveau concept ? D’un autre côté (et parce que je ne suis pas naïf), je n’imaginais non plus Market donner ses meilleurs magasins ! 

D’ici là, la visite de l’un des premiers Supeco espagnol (ici à Séville en 2014) est là (attention, ça peut surprendre les âmes sensibles, surtout à la veille de découvrir en avant-première le nouveau concept Intermarché ! >>

IMG_4204 IMG_1703 IMG_1700 IMG_1691 IMG_1715 IMG_1713 IMG_1673 IMG_1674 IMG_1708 IMG_1693

 

26 commentaires

  1. Un des points forts et que le nom de cette enseigne n’est pas visiblement associée à Carrefour qui dans le territoire du haut n’est pas franchement synonyme de prix bas et alors si on commence à causer d’Onnaing et de Valenciennes c’est encore plus vrai.

    1. Plutôt d’accord, concept Brico Dépot alimentaire, avec un peu de Metro aussi. Un peu triste quand même perte de repair et certainement de qualité.

  2. Heureusement qu’il y a les rayons trad pour ne pas se croire dans la réserve. 🙂
    Impressionnant.
    Si Essentiel ne marche pas ils pourront essayer “Hyper Supeco”

  3. Tentative de sauvegarde d’un point de vente en difficulté en tentant une offre discount… Souhaitons leur plus de succès que Pribas a Mulhouse… Au delà de cela… Les photos du concept espagnol font penser a Colruyt… non ?

    1. Je vous rassure, le carrefour market utilisé est celui Valenciennes fonctionnait très très bien, je faisais mes courses habitant à côté. Vous les étudiants et l’université à côté y allait très souvent, preuve en est l’attente en caisse était intenable. Donc carrefour n’a paa choisit des magasins en difficultés, rassurez vous…

  4. Tiens, le retour de Ed/Dia, avec un petit air de Stoc/Champion V1 ?
    Passée la blague, je doute que la France soit attirée par ce genre de magasins très austère. Costco est plus haut de gamme, et si on compare les magasins récemments ouverts/rénovés (Carrefour Villiers/Bourges, Monoprix, Auchan St Cyr sur Loire, Intermarché, Auchan Super), je crois que les gens préfèrent une “expérience” moins paupérisante que ces formats hybrides…
    A voir sur la durée…

    1. Je doute également du succès de l’affaire à Valenciennes. Les habitants du centre sont plutôt habitués à un certain standing. Je pense qu’avec le Monoprix en version alimentaire qui est sensé ouvrir à la rentrée au passage de l’arsenal, il n’y aura pas grand monde pour aller au Supeco… Par contre à Onnaing, ça peut marcher !

      1. Idem, gros doutes concernant celui de Valenciennes. Surtout dans ce quartier , avec l’hippodrome entrain d’être transformé en marché couvert avec du qualitatif et juste à l’arrière du Royal Hainaut. Ca va donner un côté cheap 🙁

      2. Non monoprix c’est plutôt pour le bobo parisien les chtis sont pas loin de la Belgique ils connaissent Colruyt et n’ont pas de Costco !!

    2. Tout à fait d’accord, dans toute les classes sociales, nous petits français, nous aimons plus que jamais les choses qui “brillent” même si c’est pour acheter du premier prix

  5. Perso je tilte sur autre chose… Le SAS frais! je rêve ou client entre dans un grand frigo avec les ventilos au plafond??? ambiance 0-4 degrés??? pas sur que le français râleur pour tout accepte de ce peler les miches :-/
    Si cela permet de sauvegarder un magasin et ses employés, pourquoi pas mais je rejoins Antoine sur le fait que dans ce créneau, on fait mieux.
    A suivre.

  6. Carrefour exploite déjà une enseigne de Cash & Carry, Promocash. L’arrivée de SUPECO annonce t’elle la fin de Promocash?

  7. Sauf que le concept Supeco en Espagne ne ressemble plus du tout à ces photos de 2014, le look&feel a bien changé et j’imagine qu’il sera également adapté pour son arrivée en France.

  8. Pour les hypers carrefour façon cash&carry particulier/professionnel, le groupe dispose déjà de carrefour maxi et atacadao qui tirent vers le haut m’en groupe en Amérique latine
    Après champion avait testé « c frais et discount » et « c le moins cher » dans le nord et cela n’avait pas fonctionné. Les champion sont devenus market depuis

  9. La Market de Valenciennes (ex Champion) n’était pas vraiment un as de la créativité et du renouvellement. A coté d’une université et d’entreprises, les mêmes sandwichs sodebo depuis des années … pas de personnel dans les rayons, une seule caisse ouverte pendant l’heure de la pause déjeuner. Il y aura un effet de curiosité et puis ça fera flop ….

  10. Bonjour Olivier
    Comme tu le sais je me suis toujours intéressé au Cash and Carry…..
    Je connais bien cette enseigne pour avoir visité plusieurs fois le Supeco de Parla (Sud de Madrid sur la route de Tolède ou l’on a ouvert un Electrodepot il y a 3 ans)
    C’est un concept Jaune et noir..et ce sont des pantones …que je connais bien , car bien orientés discount.
    Concept très intéressant ,hybride Costco /Supermarché , de taille réduite , à gamme courte.
    Je pense (avec peut être un peu plus d’organisation sur le plan du Merchandising…pour “plaire” au consommateur français) que ce type de point de vente aurait tout à fait sa place en France (compte tenu de “l’état” du porte monnaie” de certaines CSP.
    Je visite avec un groupe de collaborateurs que l’on emmène chaque année découvrir le Retail US (la ou j’ai puisé mes sources..) une enseigne située à Houston qui s’appelle PHOENICIA (plusieurs sites au Texas)
    Même concept mais orienté plus ethnique .Ils ont un problème de surface au sol qui est très courte,qu’ils ont résolu en montant l’atelier boulangerie en plate forme aérienne .Les pains descendent dans la SV sur un tapis roulant, effet Whaou assuré..
    Il n’y aura pas la place pour plus de 10 Coscto en France sur 12000 m2 …donc il y a un boulevard…pour ce type de concept….
    Bonnes vacances si c’est le cas!!!
    Pascal Roche

  11. Bonjour,
    Des nombreux nîmois et nîmoise souhaitent l’ouverture prochaine d’un magasin Supeco à Nîmes.
    Un ancien magasin Dia, devenu par la suite Market est actuellement libre, boulevard Salvador Allende, en face du lycée Philippe Lamour.
    Cordialement.
    André

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page