Le , par
Black Friday…

Black Friday

Black Friday… On y est ! Le bilan commercial, par principe, c’est pour plus tard. Mais on peut déjà faire un bilan… politique. Une nouvelle fois en effet, le politique s’est mêlé de commerce avec cette semaine parmi les protagonistes 2 ministres, Brune Poirson, secrétaire d’état à la transition écologique, Elizabeth Borne, sa ministre de tutelle, et une députée, Delphine Batho, qui ont tenté d’expliquer aux Français pourquoi ils avaient tort de… consommer !

Se demander si la consommation est l’avenir de l’humanité n’est pas inutile certes, mais avec sérieux. Et, là, nos politiques en ont quand même manqué… Delphine Batho, députée donc, veut en passer par la loi. Elle a déposé et fait adopter un amendement pour, en gros, interdire le Black Friday. Comment ? En permettant au juge – c’est le principe d’une loi – de sanctionner une opération qui – lisez bien – « donne l’impression » qu’il s’agit de soldes, mais en dehors de la période officielle des soldes. Je ne suis pas juge, mais donner la responsabilité à la justice de sanctionner sur le base d’une… « impression » (je cite), j’ai connu des raisonnements politiques autrement plus ambitieux.

Seconde posture : celle des Ministres. Là, il ne s’agissait pas d’interdire le Black Friday. Mais bien de culpabiliser les consommateurs. Les deux ministres ont développé peu ou prou la même idée. Pour Brune Poirson, c’est un « Vendredi noir pour la planète » . Idem pour Elizabeth Borne qui s’offusque de la « frénésie de consommation » liée au Black Friday. C’est vrai, on peut en discuter : avez-vous besoin de la 3e TV que vous allez acheter en profitant des rabais ? Pas sûr. En revanche, je suis bien certain que pendant des années et des années, les politiques ont expliqué aux Français que c’était leur consommation qui soutenait l’économie. Et c’était vrai. Vous me direz que c’était le fameux « monde d’avant ». Avant Macron. Même pas… Il y a tout juste un an, qu’a fait le gouvernement actuel pour tenter de contenir la colère des gilets jaunes… ? Distribuer du pouvoir d’achat via plusieurs milliards d’euros, justement pour leur permettre de consommer. C’est bête… Il aurait mieux valu envoyer les ministres sur les ronds-point pour expliquer que c’est mal de… consommer !!! J’avais déjà leur slogan : « La conso, c’est tabou, on en viendra tous à bout ».

Bandeau REF-2