Le , par
Nordstrom : les grands magasins condamnés à en faire des tonnes !

Nor0

Passage obligé des stores-tour new-yorkais cette semaine, Nordstrom : le dernier des grands magasins ouverts à Manhattan à l’heure où le format, dans l’Amérique profonde, est plus que challengé par l’émergence du web. Alors, évidemment, ce qu’allait faire Nordstrom était attendu, scruté, guetté. Et, comme tous les grands magasins, l’enseigne en fait des tonnes pour justifier d’exister encore. Car aligner des milliers et des milliers de produits ne suffit plus face aux géants du web. Alors, Nordstrom en fait des tonnes (et pas nécessairement mal d’ailleurs) dans trois directions : l’ultra-théatralisation, les services, la personnalisation et une dose de modernité/décalage. Visite en image

 

Sur l’ultra-théatralisation, la boutique Nike

Nor1 Nor2 Nor3

Sur l’ultra-théatralisation, l’entrée de la boutique Burberry

Nor4

Sur l’ultra-théatralisation, même la mise en situation des maillots de bain ne peut être banale…

Nor5

 

Sur les services, c’est “la voie” pour se différencier des e-commerçants par principe cantonnés à la vente de produits. Sur la beauté, Nordstrom additionne donc les stands : manucure, bar à sourcils, luminothérapie, gymnastique du visage, etc. 

Nor8 Nor7 Nor6

 

Sur la personnalisation, Nordstrom multiplie les “spots”. Sur les chaussures, les jeans ou même sur le papier cadeau avec la possibilité d’une impression dans l’instant moyennant 10 $. 

Nor13 Nor12 Nor11 Nor9 Nor10

 

Enfin, la dose de modernité / décalage nécessaire pour “être” dans son époque : le distributeur de DirtyLemon (“la” boisson du moment : 10 $ le demi-litre…) ou également un “shoe bar” au coeur du rayon chaussures. Pas banal ! 

Nor15 Nor14