Le , par
Vive le commerce !

Capture d’écran 2020-03-16 à 07.44.19

La belle image… Par la grâce d’une focale plus courte (et donc d’un angle plus grand / oui, je sais, je complique inutilement dès la seconde phrase), par la grâce d’une focale plus courte donc, la “brochette” aurait été plus belle encore avec Jean-Charles Naouri à gauche. A gauche et… sans sa traditionnelle cravate rouge (j’y reviendrai samedi prochain). Une “brochette”  réunie un dimanche matin à Bercy et destinée à rassurer le bon peuple. Non, il n’y a pas de risque de pénurie, assure solennellement Bruno Le Maire. Et comme pour donner corps à l’engagement, il s’entoure de ce que qui se fait de mieux en matière de commerce. Pensez donc… Si le ministre le dit et alors qu’il a à ses côtés les patrons de Leclerc, Carrefour, Intermarché et consorts, c’est bien que c’est vrai ! Une espèce de “Vive le commerce” auquel les commerçants ne rêvaient plus. Il y a 6 mois, le même Bruno Le Maire infligeait plus de 100 millions d’euros d’amende à Leclerc. Il y a un mois, c’était au tour de Carrefour, Système U et Intermarché d’être sous le feu ministériel pour avoir signé des contrats trop tardivement. Et il y a moins d’un mois, dans le cadre du salon de l’agriculture, la distribution dans son ensemble (à l’exception notable de Lidl / Friedrich Fuchs à droite sur la photo) était sommée d’en faire davantage encore pour les paysans. Mais les temps ont changé. Par la disgrâce d’un simple virus, le commerce est redevenu le meilleur allié des gouvernants. Ne serait-ce que pour assurer la distribution du pain au bon peuple. Vive le commerce. Oui, vive le commerce ! Et vive ceux qui, au petit matin, remplissent des gondoles qui seront prises d’assaut peu après.