Le , par
Protection des caissières : ça avance ! Mais ça doit encore avancer…

Résumé

Face à la propagation du coronavirus, les enseignes ont ouvert deux chantiers sanitaires : la protection des employés (pour l’essentiel des hôtes et hôtesses de caisses, même s’ils ne sont pas les seuls “au contact”) et des clients. Pour les caissières, rien n’est encore optimal, mais ça avance ! La preuve avec ces relevés en magasins sur Rennes aujourd’hui mercredi. Plus d’un point de vente sur deux a déjà équipé ses caisses de “vitres” de séparation, généralement de type plexiglass. C’est objectivement plus ou moins bien réalisé (le plexi ondulé, bof) mais… c’est réalisé ! Les gants, eux, sont déjà généralisés. Pas les masques, mais les enseignes reconnaissent des difficultés d’approvisionnement, à tel point que plusieurs ont entrepris d’interpeller directement les politiques pour accélérer la fourniture de masques. Indispensable. Car même avec une vitre (qui n’est pas totalement couvrante), il est difficile de respecter la distance d’un mètre entre caissière et clients. Or protéger – rapidement – les caissières est doublement important. D’abord, pour elles, naturellement. Ensuite, pour assurer la continuité de l’activité. Qu’adviendrait-il d’un magasin où, pour cause de droit de retrait, il n’y aurait personne pour tenir la caisse ? Le sujet n’est pas anodin.

 

Et pour être complet sur le sujet, deux autres techniques de protection, encore rares mais déjà observées. Chez Lidl (casque) et chez Auchan (la bulle). Of course, preneur de toutes vos contributions pour partager les bonnes pratiques au service de la protection des caissières. Ici >> 

BulleAuchan-2 IMG_4665-BD

 

 

Autre exemple (contribution d’Intermarché Ramonville) : inciter le client à attendre avant de s’engager le long du tapis, puis lorsque la zone d’ensachage est libre, lui demander de s’y rendre, sans donc s’arrêter devant la caissière. 

Capture d’écran 2020-03-18 à 19.21.47 Capture d’écran 2020-03-18 à 19.22.15