Le , par
Commerce : rayons trad et promo, les deux premières victimes (à venir) du corona

CoronaTrad

L’effet “corona” sur le commerce a démarré il y a déjà plusieurs semaines. Depuis bientôt un mois, les effets du virus se font sentir “sur le carrelage”, essentiellement sous la forme d’un emballement de la conso : encore + 38 % pour les PGC / Frais LS la semaine dernière selon Nielsen. Un niveau énorme que les équipes sur le terrain ont dû absorber à structure constante, ce qui donne la mesure de l’exploit… 

Mais l’effet “corona” a changé d’échelle cette semaine. D’abord lundi avec ce qui restera probablement comme une journée extraordinaire (il faut l’espérer !) : par exemple + 150 % pour Auchan au niveau national ou + 250 % pour Intermarché, comme je l’ai révélé sur mon fil twitter (@Dauvers70). En revanche, depuis, c’est calme plat ou presque dans les magasins, confinement oblige. Bien sûr, les Français vont continuer à se nourrir, aucun doute ! Mais leur comportement va changer : le trafic en magasins va baisser (il a déjà singulièrement diminué et continuera avec le durcissement du confinement) et les paniers vont progresser. Moins de sorties pour des chariots plus remplis. Les rayons trad’ – et surtout là où les produits sont les plus fragiles – en seront directement victimes. Pensez-vous qu’un commerçant normalement constitué va accepter durablement de voir grimper en flèche son taux de casse, à mesure que son trafic baisse ? Non, naturellement. En supermarchés par exemple – et, au hasard, à la marée – c’est l’évidence que des rayons trad fermeront en attendant les jours meilleurs. 

Seconde victime, déjà annoncée : la promo. Comme évoqué là encore sur Twitter, il n’y aura pas de distribution de prospectus la semaine prochaine. Et, au-delà, plusieurs enseignes ont déjà décidé de stopper leur plan promo et ont annulé les impressions de tracts encore non réalisées. Autant dire que Pâques va cette année être bien silencieux. Deux raisons à ce mutisme promo qui s’annonce : 1/ d’abord car la capacité à exécuter convenablement la promo (depuis les flux de marchandises en amont jusqu’au relais en magasins) est aléatoire ; 2/ ensuite car le “ton promo” habituel des enseignes est tout sauf “corona compatible”. Le commerce doit certes continuer. Mais pas comme avant. Au moins l’espace de quelques (longues) semaines.