Le , par
Le commerce en mode dégradé, c’est juste… normal

IMG_5026-2

Les magasins sont bel et bien rentrés “dans le dur”. Des rayons trad ferment (le mouvement est en marche pour le trad mais aussi pour les espaces vrac), les ruptures sont plus régulières, bref le commerce passe en mode dégradé et… il faut s’y faire parce que c’est juste normal. Pour le faire accepter des clients, sans doute faut-il d’ailleurs en faire la pédagogie. Oui, quand les effectifs se réduisent (garde d’enfant, maladie ou droit de retrait), il n’est pas totalement idiot de concentrer les forces vives des magasins sur l’essentiel, à commencer par la réception de la marchandise et le remplissage des rayons. Pas sûr que tenir un rayon coupe demeure longtemps une priorité surtout si le taux de casse grimpe à mesure que dégringole le trafic clients. Naturellement, tous les rayons trad ne fermeront pas. Mais sans doute faut-il préparer les clients à cette perspective. C’est aussi valable pour le choix en rayon. Normal qu’il se limite. En amont, les industriels sont fondés à concentrer leurs propres moyens sur les “20/80″. Le patron de Panzani, Xavier Riescher, ne disait pas autre chose à Linéaires la semaine dernière : “Nous nous focalisons sur les références les plus faciles à produire”. Donc, oui, les clients auront moins de choix en rayon. Pour tenir dans le temps (long), c’est l’ensemble de la chaîne alimentaire qui doit passer en mode dégradé. Et c’est vraiment normal. 

IMG_5006-2 IMG_4972-2 IMG_4970-2