Le , par
Découvrez la nouvelle campagne de Carrefour : les prix engagés

Capture d’écran 2020-05-31 à 11.10.18

C’est ce soir que Carrefour dévoilera à la télévision son nouveau film publicitaire (mais déjà visible ici), point de départ d’une nouvelle posture autour des “prix engagés”. Comme toutes les enseignes (Intermarché l’a très bien joué pendant la crise), Carrefour doit en effet se positionner sur deux tableaux qui, par principe, s’opposent. D’un côté, le soutien à l’amont agricole et agroalimentaire ; de l’autre, la défense du pouvoir d’achat de ses consommateurs. C’est toute la difficulté de l’époque pour les retailers. Car jamais le poids du citoyen n’a été aussi fort (même s’il est encore insuffisant !) et, dans le même temps, la contrainte économique qui pèse et va peser sur le consommateur n’a probablement jamais été aussi forte. Je n’ai pas lu le brief de Carrefour à son agence mais, forcément, ça devait tourner autour de ça !

Le résultat, c’est donc un concept de “prix engagé”. Des produits dont la valeur sociale est incontestable (fabrication en France, matière première française) et dont le prix est tout aussi incontestable. Par exemple les 4 yaourts nature MDD x 4 à 0,50 €. Un niveau de prix plus agressif que (presque) tous les concurrents. Sur la même unité de besoin, Intermarché est ainsi à 0,55 €, Auchan à 0,57 €, Casino à 0,66 €, etc. Seul caillou dans la chaussure de Carrefour : Leclerc, lui-aussi positionné à 0,50 €. Mais, après tout, être au même niveau de prix que Leclerc suffit à s’octroyer un brevet de compétitivité-prix. 

Sur la forme, Carrefour poursuit dans une direction artistique que j’adore (déjà utilisée il y a quelques mois) : le… non-tournage. Le film est construit sur une succession d’images d’illustration, accompagnées d’une voix off un brin décalée. J’adore pour deux raisons : 1/ d’abord parce que c’est une source d’économie non négligeable sans affaiblir le résultat : 2/ ensuite car il y a, là, une véritable signature possible, si tant est que Carrefour se donne de la constance. Ce qui, pour Carrefour, est presque un mot dont il faut chercher la signification dans le dictionnaire. Je sais, c’est vache, mais ça fera la balance avec le “j’adore” utilisé deux fois dans un même post consacré à Carrefour ;-)