Le , par
“Le dimanche, ça encense” : Intermarché Toulouse-Ramonville

IMG_2946

Le samedi, ça balance. Le dimanche, ça encense. En vedette aujourd’hui, un Intermarché d’apparence banale dans ses actifs (ni dernier concept, ni même avant-dernier !). Mais il faut se méfier des apparences dit-on… Et cette fois-ci encore ! 2 chiffres pour s’en convaincre : 3 000 m2 et 32 millions d’euros de CA l’an dernier. Alors certes, quelques uns des quartiers aisés de Toulouse sont non loin de là, certes le magasin bénéficie d’un bel historique (il a longtemps appartenu à Philippe Lebreton, l’un des barons des Mousquetaires), etc. Mais l’explication est ailleurs : dans “l’obsession produit” du couple d’adhérent, Eric et Béatrice Calixte. Partout dans le magasin, des produits rares ou introuvables en GD classique. Et donc de nature à créer la différence et la préférence. Globalement, cet Intermarché travaille en direct avec… 330 fournisseurs. Ce qui suffit à donner corps à l’idée de différence par la marchandise. Et comme ça serait évidemment trop long de les lister, j’vous ai sélectionné 10 “spots” où, par le produit présenté, Intermarché se démarque. Jusqu’au Nesquik à la banane, pas facile, mais alors pas facile du tout  à trouver en France et qui débarque droit… des États-Unis où c’est un parfum (presque) courant !

IMG_2938 IMG_2939 IMG_2941 IMG_2942 IMG_2943 IMG_2949 IMG_2951 IMG_2952 IMG_2957 IMG_2960