Le , par
Engagement prix Carrefour : la vie est quand même bien faite !

IMG_3816-BD

Nouvelle salve d’affichage pour les “prix imbattables” Carrefour. Des produits positionnés “été” sur lesquels juilletistes et aoûtiens se retrouvent : “il n’y a pas moins cher” (que chez Carrefour). Pas faux, mais parce que tout ça est quand même un peu piloté, avec l’aimable collaboration de l’industriel. Décryptage en deux temps…

1/ Carrefour est-il vraiment le moins cher ? 

Aucun doute, l’enseigne est bordée, à l’exception de quelques magasins qui ne suivent pas le prix affiché mais – il faut le reconnaître – c’est marginal. Sur les 6 cônes vanille, Carrefour est donc moins cher qu’Auchan (3,18 € en moyenne selon mes camarades d’A3 Distrib), moins cher que Casino (3,27 €), que Colruyt (2,88 €), que Cora (3 €), que Système U (3,20 €), que Match (3,09 €), que Monoprix (3,49 €) ou même qu’Intermarché (2,55 €). Mais – vous l’avez forcément remarqué – point de Leclerc dans la comparaison… 

2/ Quid de Leclerc ? 

Leclerc fait-il l’impasse sur une référence aussi majeure que les cônes Extrême x 6 ? Non, évidemment. Mais l’enseigne dispose d’une référence bien à lui et… d’un gencod bien à lui, histoire de ne pas affoler les radars comparateurs de prix qui se fondent sur l’EAN. Donc lorsque toutes les enseignes proposent des “cônes vanille”, Leclerc, lui, met en rayon des “cônes vanille de Madagascar”. Incomparables. Et tout le monde y gagne : Carrefour qui évite un concurrent coriace, capable par principe de saborder une campagne de comm’ (juste pour le plaisir) ; et ledit concurrent qui se fait du gras à la mesure de la richesse en lipide du produit ! Parce qu’à 2,97 €, Leclerc marge confortablement. Preuve que l’apathie commerciale de Leclerc est achetable. Je sais, ma chute va faire bondir chez “Les Bleus”. Mais, comme toujours, peu m’importe. Surtout quand c’est démontré de manière aussi nette, même si ce n’est qu’un produit ;-)

Encadré 1 Encadré2