Le , par
Marketplace : les 3 écueils prix que Leclerc doit corriger d’urgence

Retour sur le lancement de la marketplace Leclerc, révélé ici hier. A présent, “LE” sujet qui est, par principe, le point de faiblesse pour une marketplace : la gestion des prix. Libre, en théorie, puisque chacun des commerçants est décisionnaire de sa politique commerciale. Mais les prix pratiqués par les vendeurs tiers (dont certains sont sans stock, juste des réplicateurs de l’offre Amazon Prime) peuvent venir se heurter à la politique commerciale de l’hébergeur, ici Leclerc, dont l’image prix est évidemment le bien le plus précieux. Sans avoir passé en revue les 580 000 offres de la marketplace, il est aisé d’identifier trois pistes d’amélioration (et urgentes tant le sujet est central chez Leclerc). 

Éviter les dérapages prix incontrôlés des vendeurs tiers

Prix1

Le bateau Pirates des Ténèbres Playmobil ? 232,05 € la boîte ! Leclerc n’a pas fixé le prix, c’est le vendeur tiers, ici Stortle. Mais, vu du client, c’est bien l’écosystème Leclerc qui vend. Ecosystème dont il va sortir fissa pour trouver bien moins cher ailleurs. Parce que c’est assez facile… Et il est probable que, la prochaine fois, il ira voir ailleurs d’abord. 

L’affichage du prix le moins intéressant

Prix2

Toujours dans la rubrique jouets avec ce cannonier Playmobil. 21,78 € (vendu par AS discount) est le prix principal affiché. En plus petit sur la fiche produit : “2 autres offres, à partir de 13,99 €”. Moralité : vu du client, Leclerc cherche à vendre le produit le plus cher. Pas bon pour l’image. 

Les vendeurs tiers moins chers que Leclerc 

Prix3

Le slogan de Leclerc est clair : “Vous savez que vous achetez moins cher“. Ou pas… Car, sur une marketplace, le risque existe qu’un vendeurs tiers soit moins cher que Leclerc. Donc Leclerc n’est plus le moins cher. Donc la marketplace affaiblit la promesse d’enseigne. C’est le cas ici.