Le , par
Marketplace Leclerc : forcément, le sujet n’a pas été regardé par les “vieux sages”

LeclercMarketPlacebenchmarkAmazon

Retour sur l’une des principales actu retail de la semaine passée et révélée ici (étonnamment passée sous le radar de beaucoup…) : le lancement de la marketplace Leclerc. Un lancement sur lequel je déduis qu’aucun des “vieux sages” de la galaxie de Landerneau ne s’est vraiment penché. Par effet générationnel, par (manque d’) intérêt personnel pour le sujet ? Je ne sais… En revanche, je suis bien certain que le jour où ils vont découvrir qu’ils ont cramé des millions pour montrer à leurs clients à quel point ils sont à des années-lumières d’Amazon, ça va brailler. Mais brailler fort. 

Juste trois exemples sur cette page de la rubrique Playmobil. Dans les trois cas, via les marchands tiers, Leclerc apparaît jusqu’à trois fois plus cher qu’Amazon. Sans compter qu’il faudra attendre plus de 10 jours pour être livrés. Peut-être bien le temps qu’Amazon livre d’abord le commerçant hébergé par Leclerc. On appelle ça les marchands sans stock et c’est le travers dans lequel tombent les marketplaces secondaires. Et si Leclerc se fourvoyait… ? La question est un brin abrupte j’en conviens. Mais décalons le propos hors de Leclerc, hors d’Amazon. Plus généralement, quel intérêt stratégique une entreprise a-t-elle d’aller sur le terrain d’une autre en affichant au grand jour à quel point elle fait moins bien que le référent ? Tout chef d’entreprise normalement constitué répond… “aucun”. Pareil. 

Et pour ceux qui douteraient des écarts (jusqu’à x 3, excusez du peu), les captures d’écran >>

Capture d’écran 2021-01-10 à 10.20.04-BD Capture d’écran 2021-01-10 à 10.18.47-BD Capture d’écran 2021-01-10 à 10.17.39-BD