Le , par
Fin de l’asymétrie dans la revendication de l’origine : ça avance !

CarrefourBeurreAsymétrie

C’est un mouvement évidemment discret pour lequel les marques et les enseignes évitent les communiqués de presse mais c’est un mouvement à mettre en lumière car il ouvre – enfin – une voie où l’origine cesse d’être une source de tromperie pour le client et pour la Ferme France. Bien sûr, une réglementation européenne est (partiellement) passée par là mais je veux voir dans les quelques exemples observables en rayons désormais l’envie des marques comme des enseignes d’en finir avec cette hypocrite asymétrie dans les promesses d’origine. Cette asymétrie est possiblement de deux ordres : revendiquer une fabrication en France avec des ingrédients qui viennent d’ailleurs (et qui pourraient pourtant être produits en France) ; revendiquer clairement l’origine française de certains ingrédients parce que c’est vertueux et anonymiser la provenance d’autres matières premières (par exemple : UE ou non UE) parce que ça l’est moins. Dit autrement, c’est l’essence du “combat” #BalanceTonOrigine que je mène depuis bientôt deux ans. 

Exemple concret ici avec le beurre tendre Carrefour. Dans sa précédente copie (à gauche), la fabrication française était revendiquée en face avant. Une revendication factuelle mais… trompeuse (le mot est dur mais je le revendique) puisque la provenance du lait n’était pas garantie française. Dans la nouvelle barquette, le lait n’est toujours pas annoncé comme français mais il n’y a plus de mention géographique sur le lieu de fabrication (pourtant toujours en France, en témoigne l’estampille vétérinaire). Au moins l’asymétrie a disparu ! Prochaine étape : revendiquer plus clairement l’origine du lait et, donc, supprimer l’incomplète mention “UE”. Après tout, Carrefour, ça doit être possible : Lidl s’est engagé à l’imposer à ses fournisseurs. A plus long terme, évidemment, l’objectif ultime est bien de basculer l’appro en lait français… Mais, pour ça, il faut aussi que la Ferme France (et ses représentants) se secoue un peu côté compétitivité.