Le , par
Voilà (notamment) pourquoi il est utile à la Ferme France que les distributeurs français demeurent… français

IMG_8620-750

En début d’année, l’offre de rachat de Carrefour par le Canadien CoucheTard avait remis le sujet sur la table : en quoi est-ce indispensable, utile ou sans intérêt (rayer la mention inutile) que les distributeurs français demeurent aux mains de capitaux français avec des centres de décision ultimes dans l’Hexagone ? Depuis longtemps, ma religion est faite. A tout prendre (et malgré l’obsession prix des enseignes dans les négos), mieux vaut que les commerçants français demeurent… français. Car, a minima, ils offrent une prise “patriotique” dans laquelle l’amont agricole peut s’infiltrer. 

Exemple ici avec les tomates cerises. Depuis longtemps, Carrefour était un soutien indéfectible de la marque marocaine Azura avec ses barquettes de 250 g de “cerises” allongées à 99 centimes. Un prix imbattable (disponible du plus petit magasin de proximité jusqu’au plus grand hyper) et, en conséquence, des volumes colossaux qui échappaient à la production des maraîchers français. L’an dernier, un collectif mené par Rougeline, avait alors dégainé une riposte intéressante à décortiquer. Pour répondre au prix psycho imposé par Azura, les producteurs français ont imaginé une démarche qui comprime au maximum tous les coûts (en premier lieu un conditionnement unique pour toutes les enseignes pour les économies d’échelle) et une proposition de 200 g. Moins disante donc sur le format (50 g de moins) mais mieux-disante sur la garantie de l’origine. Intermarché, en précurseur, a suivi et assuré les premiers volumes tout en donnant du crédit à la démarche. Depuis, Carrefour traînait visiblement des pieds. Mais – selon l’adage des imbéciles et leur avis – Carrefour a donc ouvert la porte. Partiellement, puisque je n’ai pas encore vu le produit partout en France. Mais suffisamment pour que l’observateur-militant que je suis (de l’origine France) s’enthousiasme et incite Carrefour à aller plus loin encore. Bien sûr, que Carrefour ne soit pas canadien n’est pas l’explication principale à ce revirement. Bien sûr. Mais que les distributeurs français soient français les rend forcément plus réceptifs à ce type de démarche. Et c’est bien ça l’essentiel… Go, go Carrefour ! 

IMG_8584-750

 

NB : et pour la dimension “écolo” du dossier, il demeure certes du plastique mais la base de la barquette est cartonnée. Sans compter les kilomètres de camion économisés…

(pour ceux qui seraient passés à côté de ce produit star du rayon fruits et légumes, le voici chez Carrefour… avant !)

Azura2