Le , par
Découvrez le test “vrac” d’Intermarché

IMG_3883

Révélé sur mon fil Twitter (@Dauvers70) la semaine dernière, voici à présent le décryptage du test que mène Intermarché sur le vrac depuis quelques jours à Bezons (95). Un double test en réalité : d’abord, l’appétence des clients pour les marques en vrac ; ensuite, l’acceptation d’une solution différente des trémies classiques auxquelles sont déjà habitués une part des consommateurs. 

IMG_3870

Premier volet du test : l’offre. Intermarché a installé deux ilots de 8 réfs en épicerie salée : l’un pour les produits salés pour apéritifs, l’autre pour les pâtes et féculents. Dans les deux cas, Intermarché a placé une marque nationale (respectivement Benenuts et Barilla) et une MDD (Bouton d’Or et Saint Éloi). Point extrêmement positif : majoritairement, lorsque les produits cohabitent en version vrac et conditionnée, le vrac est moins cher. Enfin !!! Dans la logique client (même si industriellement c’est inexact / comme nous l’avons largement démontré à l’occasion des Ateliers du Vrac), le vrac, dès lors qu’il est comparable, doit être plus compétitif. C’est le cas ici (voir sur les photos ci-dessous). Tant mieux ! 

Mise en page 1_Page4 Mise en page 1_Page3 Mise en page 1_Page2 Mise en page 1_Page1

Second point : l’expérience client. Intermarché teste la solution Smart Vrac dont l’avantage est de donner au client une vision en temps du montant de son achat. Ainsi, pas de surprise, comme c’est souvent le cas lorsque la pesée se fait après le service. Ici, le poids et le montant du sachet s’incrémentent en temps réel sur l’écran devant le client. J’vous ai préparé une p’tite démonstration (ici). 

Mise en page 1_Page5

Deux points déceptifs dans cette expérimentation. Un détail (peut-être) : le prix du filet de service pour les clients qui ne veulent pas du sachet papier. 1,75 € pour un filet sur lequel il y a des logos de marques (donc pouvant être perçu comme publicitaire), c’est juste… hors de prix ! 

IMG_3887

Autre sujet : les informations de mise en œuvre, une fois le client chez lui. En théorie, c’est le QR code qui doit les “véhiculer”. Par exemple, le temps de cuisson des pâtes. En pratique, le QR renvoie vers le site drive d’Intermarché, imposant au client de se localiser pour avoir accès l’offre pour, enfin, voir apparaître la fiche produit de la version conditionnée. Très très améliorable. 

Mise en page 1_Page6