À la une

SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

« SAMEDI CONSO », la semaine retail (mais pas que…) passée en revue. Comme toujours en totale liberté. Et tant pis si ça pique ! 

SAMEDI  

Gifi à Plan de Campagne (13). « Quoi de neuf cette semaine ? » Réponse : les coussins sapins de Noël et Merry Christmas. J’ai dû dormir trop longtemps ! 

Gifi Plan de Campagne, suite. Bien mis en avant : les plaids Noël. Je confirme : j’ai (vraiment) dû dormir trop longtemps !

Gifi, fin. Je ne verrai rien de plus indispensable aujourd’hui : le… râteau pistolet à eau. D’ailleurs, je suis reparti avec. Si si. 

Carrefour Market Marseille. Ça tape un peu la tête le « museau » ? Confirmation… 

Rayon droguerie. « Paulette », la terreur du ménage. Et pourquoi pas « Roger », « Jean-Paul » ou « Michel ». Parce que ça le fait moins bien ? (Pas le ménage hein…). 

Rayon épicerie. Les soupes « Carrefour original » sont donc « clean label ». Parce que les autres sont… sales ? 

Intermarché Marseille. Mouton-Rotschild ? Le premier prix de l’armoire à grands crus ! Tout est relatif, la preuve… 

Sans ubiquité (mais avec les moyens de transport moderne), direction Rennes pour les courses de Mamie Dauvers. Chez Carrefour (je la soupçonne d’être à demi amoureuse de Rami !). Opération 2 + 1 sur Bonne Maman. Le premier produit ? 1,32 €. Le second (en gros et en rouge) ? 2,64 €. Donc deux fois plus cher que le premier. Pas vraiment le principe d’un 2 + 1… 

Les croquettes Friskies avec – 50 % sur le second ? Pas mieux… Le premier sachet est à 10,74 €, le second à 16,11 €. Caramba, encore raté. Essaye encore (Laurent)… 

LUNDI 

Leroy Merlin. C’est l’histoire d’un WC… Un modèle d’exposition scellé pour le « condamner ». Parce qu’utilisé (discrètement) au moins une fois ? Peut-être. Et l’insistance de Leroy Merlin (« Merci de ne pas forcer l’ouverture de l’abattant ») laisse même à penser que certains ont essayé de passer outre. L’époque est formidable !

MARDI  

Première édition des « p’tits déjeuners retail » de VIGIE GRANDE CONSO chez Drouant à Paris (Drouant, le rêve de tout éditeur). L’objectif ? Partager analyses, visions et convictions sur le retail. Et je rassure ceux (parmi mes confrères) qui s’inquiétaient de cette nouvelle initiative : chez Dauvers, on pense tellement à autre chose qu’à notre compte d’exploitation que l’on a même oublié de vendre les tickets à l’entrée de la salle. Ben oui, quand on invite, c’est pour nous. Et, pire, c’est… avec plaisir. 

Chez Franprix rue de Lourmel (Paris 15e). Comme partout, le rayon huiles est vide. « Produits momentanément en rupture. Ils seront bientôt disponibles ». Bientôt, bientôt, faut vite le dire. Car personne (chez Franprix comme ailleurs) n’a le début du commencement d’une idée sur le retour à la normale !

Franprix toujours. Manifestement, les heures « économisées » pour remplir les huiles ont été réinvesties sur les courgettes. A ce niveau-là, c’est de l’art !

Dans ce Franprix,  bio et premiers prix en voisins. Prolos et bobos même combat. 

Rue de Lourmel toujours. « Paris Télécopie ». Pour ceux (parmi vous) qui recherchent un télécopieur (ça doit bien exister si l’enseigne existe encore), c’est donc au 47 rue de Lourmel. Ne me remerciez pas. 

Rue de Lourmel encore. L’image est rare : un Intermarché contraint de baisser le rideau faute de clients. La tenue du magasin n’y est pas étrangère non plus. Tout s’explique. 

MERCREDI 

Leclerc Outreau, près de Boulogne-sur-Mer. A chaque fois, le même effet waouh dès l’entrée. Peu d’hypers « jouent » à ce point l’univers déco. Dans le sourcing produits comme dans la mise en situation. Ce qui est encore le plus sûr moyen de se différencier. 

Aujourd’hui, on fête donc les « Zita ». Vivement demain (pour le potentiel commercial !). 

La nature a horreur du vide ! J’veux bien que la graisse de bœuf soit un produit sur-consommé dans le Nord mais 35 facings pour la seule graisse des Flandres hein…

Local is génial. A dire vrai, aucune idée de la qualité du ch’ti roux, mais c’est visuellement immanquable. C’est déjà ça.  

Supeco, non loin. Un client au téléphone : « Dis Jeanine, y’a de l’huile, je prends tout ? ». #ÉconomiedeGuerre.

Supeco, encore. Si quelqu’un chez Carrefour veut bien m’expliquer la raison d’être de 2 réfs de maïs doux à 1 centime d’écart, suis preneur. Surtout dans une enseigne qui se veut discount via des coûts d’exploitation au cordeau. Raté. 

JEUDI 

Un camion Mc Do dans les rues de Paris. « Nous carburons à l’huile de cuisson ». Avec la pénurie du moment, pas loin de faire autant envie qu’un fourgon de la Brinks rempli ras-la-gueule ! 

Les houblons de midi. Pas sûr (qu’à 0 degré) ils m’entraînent jusqu’au bout de la nuit.  

A Perpignan, Carrefour fait de la retape. « Si vous êtes satisfait, encouragez nos équipes en répondant 9 ou 10 ». Parce que sur l’échelle du NPS, 8 n’est pas… une bonne note ! 

Intermarché à Sigean (11). « Boisson standard gazeuse ». Quand je pense aux milliards que Coca-Cola a dépensé depuis des années pour imposer sa marque, être qualifiée de « boisson standard gazeuse » ça doit piquer ! 

Intermarché Sigean encore. A gauche, rupture sur l’huile de tournesol. A droite, pénurie de moutarde. La mayonnaise maison n’est plus qu’un souvenir. 

VENDREDI  

Carrefour Carcassonne. La cliente devant la moutarde : « Tant qu’il y en a, je vais en prendre 2 pots ». Toutes les pénuries commencent à l’identique.

Chez B&M. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Surtout avec la bière coupée au canabis 😉 

Géant à Carcassonne. Chez Casino, on a le goût du risque : la baguette est à 20 centimes, les côtes de porc à 2,48 €/kg. Et devinez quoi : même pas un tweet de Christiane Lambert, la paysanne-en-chef, qui avait pourtant hurlé avec les boulangers en janvier lorsque Michel-Édouard Leclerc dégainait sa baguette à 29 centimes. A se demander si le problème des paysans ne serait pas « MEL » davantage que le discount… 

A samedi prochain (ou pas). 

* Envie de partager une info retail ? Nouveaux produits, nouveau concept, observation terrain, chiffres commerciaux, photo, initiative à venir, etc. La Ligne InfosRetail est là pour ça. En toute discrétion of course. 

Comment toujours, la production de ce SAMEDI CONSO est garantie très très majoritairement « fait maison ». A 97 % aujourd’hui, je peux difficilement faire plus transparent !

Vous appréciez ce rendez-vous SAMEDI CONSO ? Retrouvez le très meilleur du best-of dans la 18e édition de mes Tranches de vie commerciale. Disponible ici >> A offrir ou à s’offrir !

6 commentaires

  1. Hier les 7,5 kg de croquettes pour chat friskies, visiblement identiques à celles de Carrefour : 10,34 dans un système u de campagne seul à 20km à la ronde (Craponne sur Arzon).
    Les promos c’est bien (si la mécanique est pertinente) mais être placé à la base c’est necessaire. Quelle crédibilité un hyper en zone concurrentielle s’il est déjà plus cher qu’un super de campagne ?

  2. Produits de Noël chez Gifi ? Faut peut être les acheter maintenant… Avec l’inflation des coûts de transport notamment, ils seront certainement plus chers à Noël 2022.
    Pourquoi les 2 refs de maïs chez Supeco ? Pour faire de la marge sur le produit no name… Enfin, pour essayer d’en faire, car à 1 cts d’écart, y a des chances que le client assure avec le produit Carrefour. Donc, un coup pour rien, en effet.

    1. J’ai entendu des chefs de secteur refuser des retours fournisseurs de produits dits saisonniers, car ils refusaient de les racheter 20% plus cher 8 mois plus tard.
      Ca immobilise de la trésorerie certes, mais au final…

  3. Je réagis à l’histoire des toilettes Leroy Merlin : ayant travaillée de nombreuses années chez Ikea, je peux affirmer que les clients forcent l’ouverture des modèles d’exposition et s’en servent…c’est du vécu!!
    (Une pensée pour le personnel d’entretien qui mérite une grosse prime quand il doit “réparer les dégâts”)

    1. J’ai entendu beaucoup de choses qui “se passent” chez Ikea de la part d’un ami qui y a travaillé aussi, il y en a vraiment assez pour écrire un livre, c’est juste affolant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page