Rien ne se perd, tout se détourne

DSC_0727 Veet - copieSans doute par conscience écologique et éviter de jeter (!), les magasins hésitent rarement à récupérer un présentoir mis à disposition par une marque et à le « détourner » pour une autre. Au risque, donc, d’un étonnant « carambolage », comme ici avec Veet (spécialisée sur l’épilation féminine) et des boîtes de… gazon pour regarnissage. J’ai connu plus habile comme récup’ (et aussi plus… fin comme post j’vous l’accorde, mais c’est samedi alors… !).

NB : merci à François ;-)

Pas de commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Le Mois Carrefour, c’est mardi

LeMoisCarrefourC’est (presque) parti pour les grandes OP de l’automne. Mardi, Carrefour ouvrira le bal avec son traditionnel « Le Mois ». La mécanique d’ensemble demeure identique à l’an dernier : une large sélection à – 70 % dès le premier article, en cash-back sur le compte de fidélité. Parmi les marques (habituées) : Ariel, Badoit, Sodebo, Andros, etc. Nouveauté en revanche : les Carrefour Deals. Tous les jours du mois, Carrefour adressera aux clients le souhaitant (inscription via web ou mobile) un deal spécial, allant jusqu’à un produit 100 % remboursé sur la carte de fidélité. Une habile manière de ne pas dévoiler toutes ses batteries, tout en renouvelant au quotidien l’intérêt pour l’OP, à l’instar des légendaires « 35 ans » de 1998.

NB : autre changement par rapport à l’an dernier, la « sécurisation » de la chaîne graphique. Il y a un an, j’avais pu révéler le contenu précis de l’OP près de 15 jours en amont en raison d’une mise en ligne guère discrète. Cette fois-ci, Carrefour a visiblement mieux tenu ses prestataires ! Néanmoins, j’imagine que le prospectus en intéresse plus d’un. Le voici donc.

,

2 Commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

On brade !

Riz CarrefourEtonnante TG dans ce Carrefour Market. D’abord, une seule et même référence pour l’ensemble d’une TG : c’est devenu si rare aujourd’hui. Ensuite, l’offre. Un riz kilo MDD origine Surinam à un prix défiant toute concurrence : 0,95 €, soit à peine 20 cts de plus que les sachets kilo de riz premier prix. 0,95 € donc, en lieu et place de 2,47 € ! De deux choses l’une. 1) Ou le magasin s’est « plus que planté » dans ses commandes, auquel cas il est étonnant qu’il n’y ait pas un verrou informatique pour limiter les quantités commandées par rapport à un potentiel défini pour chaque point de vente ; 2) Ou le produit est un flop. Dans tous les cas, ça fait quand même un peu ambiance solderie !

, ,

1 Commentaire

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Drive : plus haut, plus vite !

MEL DriveDernière ligne droite avant les 3e Ateliers du Drive, mercredi prochain à Paris*, co-organisés par Linéaires et Editions Dauvers. Avec mon camarade Florent Vacheret (le réd’chef de Linéaires), nous préparons une vaste immersion dans « le modèle Leclerc Drive » : politique marchandises, prix, organisation, nouveaux services, performances, etc. L’occasion aussi d’un retour en arrière via quelques coupures de presse. Et celle-ci m’a interloqué. Titre du papier : « Michel-Edouard Leclerc prévoit 400 E.Leclerc Drives en 2015″. Dans l’article, l’objectif de chiffre d’affaires à cette même échéance est fixé à 1,5 Md€. Nous sommes alors en juin 2012. Il y a donc à peine plus de 2 ans. Et voilà bien longtemps que les objectifs ont été atteints. Le 400e drive a ouvert en septembre 2013 et le milliard et demi a été quasi touché fin décembre (très précisément 1,47). A ceux qui doutent (encore) du succès du drive, petit message amical : même les acteurs eux-mêmes de la déferlante peinent à en mesurer la vitesse. C’est dire…

* Presque plus besoin de faire de la retape pour les Ateliers du Drive ! Il ne reste plus que 10 places avant que nous fermions les portes. Ce que nous assumerons sans complexe pour préserver tant le confort que la qualité des échanges ;-) Les retardataires sont prévenus !

1 Commentaire

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Baisse de prix : même Match…

MatchBaissedePrixLe prix, le prix, le prix ! Certains me reprochent de ne voir le commerce que par ce prisme-prix. Pas faux. Mais y-a-t’il vraiment autre chose à voir en ce moment ? De belles ouvertures de temps à autre certes (cf le post de lundi soir concernant l’Hyper U de Baule). Mais, si souvent, des initiatives prix de la part des enseignes. Prenez la dernière en date, pas la plus attendue : Match. Car la baisse de prix s’impose à tous les acteurs d’un marché dès lors que la demande stagne (le niveau de conso des Français) et que l’offre (ici exprimée en mètres carrés commerciaux) continue de croître. C’est si simple que je peine parfois à comprendre pourquoi certains font mine de ne pas le saisir !

,

3 Commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Hyper U Baule (45) : à visiter !

Hyper UStop ce soir à Baule, au sud d’Orléans. Le prétexte ? L’inauguration de l’Hyper U local. Evidemment aussi l’occasion de bavarder avec Serge Papin, l’un de ceux qui ont fait l’actu récente ;-) A dire vrai, Hyper U Baule était coché sur l’agenda bien avant. Car, de bonne source, il s’agissait d’un hyper à voir. Pas déçu ! Du tout. Un petit hyper de 5 000 m2 qui redonnerait le goût des courses au plus réfractaire des chalands (et qui, c’est certain, doit limiter l’évasion vers le drive). Déjà, pas d’impasse majeure. Même l’amateur de toile cirée trouvera son bonheur, c’est dire si l’offre est large (et calée aux besoins locaux). Au-delà, c’est sur les produits frais trad qu’il faut s’attarder. Réussis. La bergerie pour les fruits et légumes haut de gamme et/ou spécifiques est un modèle du genre. Reste quand même à gérer la casse. Mais difficile de blâmer un commerçant qui tente de ré-enchanter l’expérience d’achat à ce niveau. Un stop pas inutile pour qui passe sur l’A10 (Sortie Meung-sur-Loire, puis à peine 2 km, c’est dire si c’est facile !).

En attendant, voici quand même l’habituel diaporama en libre-téléchargement.

,

6 Commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Mag Drive n°7, le premier e-magazine 100 % drive

Capture 2014-09-15 à 16.10.39Le numéro 7 de Mag Drive – le premier e-magazine 100 % drive – est disponible. Le voici en téléchargement, libre of course !

Pour télécharger Mag Drive en haute-déf, c’est ici.

Et pour recevoir les prochains Mag Drive, un p’tit mot ici

Pas de commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Retour chez Cdiscount à Bordeaux (avec 2 infos inédites en bonus)

CdiscountVendredi, journée bordelaise avec quelques camarades journalistes, à l’invitation de Cdiscount pour le lancement de la « disponibilité immédiate » : des commerçants « physiques » qui proposent leurs produits via la marketplace du site et mettent les produits à la disponibilité des clients immédiatement. Un (très) intéressant exemple de passerelle entre on-line et off-line. Pour l’heure, seules les zones de Bordeaux et de Nantes sont concernées. Mais le déploiement est d’ores et déjà annoncé.

En parallèle, visite de l’entrepôt de Cestas, le « coeur » de la machine Cdiscount. En termes d’organisation, le schéma est identique à ma précédente visite (c’était en 2011). Une visite qui avait été l’occasion d’une VIDÉO GRANDE CONSO sur ce qu’on ne voit d’ordinaire pas : les coulisses d’un e-commerçant. Je vous la repropose ci-dessous parce que, franchement, c’est toujours instructif de connaître l’envers du décor (attention quand même : le premier qui dit que j’ai vieilli… a raison !). Une précision également : le pic de commandes du site en 2014 n’est plus de 75 000 (comme indiqué dans le commentaire de l’époque) mais… 125 000.

VGC Casino Discount

Enfin, impossible de ne pas partager deux infos inédites sur Cdiscount (en clair, non annoncées vendredi !). D’abord, alors que la Foire aux Vins du cybermarchand bat son  plein actuellement, Cdiscount va bientôt lancer une « box vin » vendue sur abonnement sur le modèle de ce qui existe déjà sur le vin et sur d’autres marchés. Rien d’innovant donc mais l’occasion d’exploiter un fond de commerce bien réel sur ce marché du vin. L’an dernier par exemple, Cdiscount a vendu la bagatelle de 3 millions de bouteilles.

Seconde info inédite : Cdiscount va débarquer au Brésil dans les prochaines semaines. Pour bien mesurer le côté original de l’info, il faut déjà connaître le contexte… Au Brésil, Casino possède en effet le site marchand Nova Pontocom d’une taille assez comparable à Cdiscount. Mais Nova n’a pas le positionnement un brin « fou-fou » du site français. D’où l’idée de Casino de lancer Cdiscount sur place pour ratisser plus large. En back-office, Cdiscount bénéficiera évidemment de la structure e-commerce brésilienne de Casino. Mais, vu du client, Cdiscount aura un positionnement bien distinct. Un test bigrement intéressant à suivre…

,

1 Commentaire

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Loué inside !

LouéInsideIl en va des œufs de Loué comme des processeurs Intel… Ils sont bien davantage qu’un ingrédient ou un composant. Bien plus qu’une « simple » matière première. Ils sont un élément constitutif de la réassurance du produit. Bref, vous connaissiez « Intel inside », préparez-vous à… « Loué inside ». Bon, certes, je force un brin le trait. Mais la logique est la même. L’industriel qui s’approvisionne en œufs de Loué pour ses recettes a bien compris l’intérêt qu’il y a à le faire savoir. Loué, pas naïf, a lui aussi bien intégré la valeur qu’il y a à gratter. Alliance de circonstances. Et voilà Loué en face avant de gâteaux et biscuits St Michel ou de quiche Lorraine Marie (propriété de LDC, ce qui aide quand même). Mais, d’évidence, l’histoire va rapidement se poursuivre. Cherchez bien dans quel type de produits l’œuf est un ingrédient essentiel, déterminant même… Les pâtes aux œufs ? Gagné ! Et mon p’tit doigt me dit qu’on trouvera du « Loué inside » dans les allées du Sial le mois prochain. A suivre donc !

Pas de commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter

Auchan – Système U : une coopération a minima…

Microsoft Word - CP Système U et Auchan annoncent un accord deUn communiqué bref a donc officialisé aujourd’hui la coopération pressentie entre Auchan et Système U. Une coopération a minima, vraiment. D’abord, il ne s’agit que d’une alliance à l’achat, nulle trace dans le communiqué de synergies entre réseaux par exemple. Ensuite, le périmètre est resserré par de nombreuses exceptions, comme autant de précautions politiques, au demeurant assez habiles ;-) Les produits frais trad ? Exclus de l’accord. Les MDD, essentiellement achetées auprès de PME ? Non concernées. Les programmes promo des enseignes ? Toujours indépendants. Bref, et comme je l’évoquais hier dans ma Tribune Grande Conso, l’alliance Auchan/Système U n’est rien de plus (ce qui n’est pas inutile quand même) qu’une machine à améliorer les conditions obtenues chez Coca, Procter, Danone, Lactalis et autres groupes propriétaires de grandes marques (qu’elles soient nationales ou internationales). D’ailleurs, entre les lignes, les deux nouveaux tourtereaux s’en cachent à peine évoquant, « un accord […] au bénéfice du pouvoir d’achat du consommateur« . Faut vraiment être mal comprenant pour ne pas saisir la teneur subliminale du faire-part envoyé aux directions commerciales à quelques semaines des négos.

Pourquoi un accord a minima ? Les raisons sont nombreuses… D’abord, il y a le temps dont ont disposé les deux groupes. Le hasard d’une rencontre fin mai (celui qui est concerné se reconnaîtra…) me donne la conviction que les discussions n’ont démarré qu’en juin, pas avant. Dans le même temps, il était plus qu’indispensable qu’elles s’achèvent en septembre pour ne pas laisser passer le train des négociations 2015. Un temps évidemment trop court, surtout en plein été !, pour envisager un mariage plus ambitieux. D’autant que Serge Papin a bien davantage besoin de convaincre que de contraindre en interne, groupements d’indépendants oblige. Ensuite, seconde raison, la maturité du réseau U sur le sujet. Je connais suffisamment d’associés pour affirmer que seule une coopération a minima était acceptable actuellement. Et donc aussi rapidement. Enfin, Auchan et U ont-ils finalement d’autres problèmes sérieux que leur tarifaire sur les marques nationales ? Pas sûr. Un problème qui, estiment-ils, se résoudra en sollicitant les fournisseurs. Reste une série de questions : à l’évidence, U et Auchan exigeront des améliorateurs pour 2015. Mais la comparaison des conditions 2014 pourrait-elles justifier, a posteriori, des ristournes rétroactives pour distorsions non justifiées en 2014 ? Dit autrement : pareilles fiançailles ne valent-elles pas « corbeille de la mariée » ? Comment dit-on déjà… ? Poser la question c’est déjà y répondre, non ?

, ,

4 Commentaires

Imprimez l'article, faites-le partager, ajoutez le à vos favoris :
  • Print
  • PDF
  • RSS
  • email
  • del.icio.us
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Yahoo! Bookmarks
  • Twitter