Le , par
Le juste prix de… la mort

MourrirLuxe

« Le coût des obsèques augmente régulièrement », titre ce matin le quotidien Les Echos : + 2,3 % en 2006, + 3,2 % en 2007 et + 3,4 %. A l’origine de cette étude, les « Professionnels de la pompe » (c’est ainsi que se résume ce secteur d’activité) qui ont rendu public, via leur chambre syndicale, un manifeste à l’attention des pouvoirs publics. Ainsi y apprend-on  que le prix moyen des funérailles est aujourd’hui de 3 500 euros, que les frais de tiers (acte, frais de culte, taxes municipales, etc.) pèsent pour 20 % de cette somme, etc. Bref, le monde du funéraire – bien obscur jusqu’à présent – ose enfin parler de prix. Logique et légitime. Car, après tout, la mort est leur marché. Et le prix un sujet comme un autre que s’approprient progressivement les pros de la pompe. Historiquement, seul RocEclerc  (créé par le propre frère d’Edouard Leclerc) osait parler prix. Son dernier slogan ?  « Parce ce que la vie est déjà assez chère ». Tout un programme ! Nouvel acteur à revendiquer le prix : Le Choix Funéraire. Un réseau d’indépendants que j’ai eu l’occasion d’accompagner et auquel j’ai proposé, comme un défi, un slogan décapant : « Mourir ne doit pas être luxe ». Une signature qui, signe des temps, a été validée par l’enseigne. Preuve que la mort devient (peu à peu certes) un marché ordinaire. Au moins dans son fonctionnement.