Le , par
Etiquettes : quand l’électronique défaille

EEGLes habitués du site connaissent mon peu d’entrain pour les étiquettes électroniques de gondoles (EEG). Pour faire (vraiment très) court, je leur reproche leur faible lisibilité et, surtout, la déresponsabilisation des hommes et des femmes de magasins sur ce sujet majeur de l’exécution du prix que l’installation d’EEG induit. Les partisans, eux, mettent deux arguments, tout aussi défendables : d’abord la productivité pour le magasin ; ensuite, pour le client, la conformité des prix payés aux prix affichés. Sur le papier, oui. Dans les faits, voilà une belle règle qui souffre de trop d’exceptions. Sur les produits en poids variable et fluctuant, évidemment, mais également (et de plus en plus) sur le PGC en raison de la multiplication des gencods. N’allez pas en déduire que le progrès m’horripile. Non, c’est tout l’inverse. Mais pas à n’importe quel… prix pour le client !