Le , par
Revue de presse : Casino minimise ses performances

Suite de la revue de presse. Et aujourd’hui un constat rare : un distributeur qui minimise volontairement ses performances. C’est le sens de l’interview de Jean-Michel Duhamel, le patron de Franprix et Leader Price (Casino), donnée aux Echos la semaine dernière. En fait, le problème auquel est confronté Casino, c’est sa sur-représentation supposée à Paris avec Casino, Monoprix et ses déclinaisons, Franprix et Leader Price. Soit 60 % des surfaces commerciales selon le Conseil de Paris qui a donc annoncé sa volonté de saisir les autorités de la concurrence. Branle-bas de combat (légitime) chez Casino car, en la circonstance, la menace de devoir vendre certains magasins existe bel et bien. Et comment défendre sa position ? En… l’affaiblissant volontairement ! Question de Philippe Bertrand, le journaliste des Echos : “Contestez-vous les données […] qui soulignent que vous détenez 60 % de part de marché à Paris ?”. Réponse de Jean-Michel Duhamel : “Ces calculs, qui additionnent des mètres carrés, relèvent de l’urbanisme et ne constituent pas une étude de marché. Il faut regarder les chiffres d’affaires”. Puis, plus loin : “Nous contestons le chiffre de 60 % de part de marché […]. Même avec Monoprix – dont nous ne comprenons pas pourquoi les parts de marché sont additionnées – nous sommes très en deçà des 40 %”. Conclusion ? Evidente… Si avec 60 % des mètres carrés, une enseigne réalise moins de 40 % de part de marché, c’est a priori parce que ces mètres carrés sont moins performants que la moyenne, non ?