Le , par
Le (presque) LIVE REPORT : Résultats 2011 d’Auchan

AuchanCroix9h00 Rendez-vous à Croix, au siège d’Auchan. A l’image de Carrefour (mais pas de Casino), Auchan fait le choix de recevoir « chez lui » pour présenter ses comptes. La différence : le « chez lui » d’Auchan, c’est le Nord, la banlieue de Lille. Pas désagréable… Ca permet de se balader en magasins avant et après ! Autre différence : Auchan ne publie officiellement ses comptes qu’après la conférence de presse. En clair, il y a « embargo » sur les résultats jusqu’à environ 11h. Donc un LIVE REPORT en léger différé aujourd’hui. Et probablement moins complet en chiffres… Auchan est un groupe non coté en bourse et qui n’a, en fait, aucune obligation de publication de comptes (hormis le dépôt au greffe). Mais Auchan, comme toute entreprise, a des besoins de financement et les prêteurs ont horreur des groupes secrets ! D’où l’exercice rituel auquel Auchan a choisi de se plier depuis quelques années. Pour faire simple : probablement moins de détails que pour Carrefour et Casino mais infiniment plus que chez Cora… ;-)

RésultatsAuchan9h15 Ca démarre. A la tribune, Vincent Mignot, le DG France et Xavier de Mézerac, le DAF du groupe. Vincent Mignot est un « jeune » patron (suis même pas sûr qu’il ait fêté ses 40 ans, excusez du peu) plein d’enthousiasme. Autant vous le dire très différent de ses alter ego dans le retail. Ce qui me plait pas mal.

9h16 Démarrage par le nouveau logo. « Je pense que c’est la première fois que vous le voyez » lance XdeM. A vrai dire, pas vraiment. Le 1er mars, il était ici. Au-delà, ce logo a une  histoire. Il provient d’un “crowd-sourcing” internet. N’imaginez pas que j’ai inventé ce mot pour faire savant. C’est du Auchan dans le texte. C’est un collaborateur qui l’a dessiné suite à un appel à logos. Démarche originale !

9h20 Toujours XdeM qui passe en revue les grands chiffres du groupe. Jamais inintéressant. En rafale donc. Auchan 12e groupe de distribution alimentaire dans le monde. 269 000 collaborateurs (en équivalent temps plein). Parmi ceux-ci 152 000 sont actionnaires à hauteur de 11,9 %. Autres chiffres, l’expansion de l’année : 58 hypers ouverts (dont 46 en Chine !), 43 supermarchés et 31 drives. Globalement, Auchan aligne donc désormais 616 hypers dans le monde et 759 supers. Les hypers génèrent toujours l’essentiel de l’activité du groupe : 35,4 milliards (+ 4,2 %) sur les 47,4 milliards TTC globaux. Mais, fait rare (inédit même à ma connaissance mais j’en mets pas ma main au feu), les supers ont progressé plus rapidement : + 4,6 %. Et si Auchan avait trouvé la formule gagnante du super ? J’aurai pas la réponse à la question, on part en Chine.

9h28 Long développement sur la Chine. C’est l’événement de l’année pour Auchan. D’abord parce que le groupe a quand même pris le contrôle du numéro 1 chinois de la distribution alimentaire (qu’il a constitué avec son partenaire Ruentex). C’est pas rien ! Ensuite, parce qu’Auchan a mis un pied en bourse. C’est pas rien non plus quand on se replonge dans les – nombreuses – citations de Gérard Mulliez sur le sujet ! Que Gérard Mulliez se rassure, l’état-major d’Auchan a l’air au point… IPO, nouvelles actions après greenshoe, effet dilutif sur le goodwill, la technique est là ! Surtout, Auchan a réussi à disposer du contrôle de Sun Art Retail (le nom officiel de sa filiale chinoise) tout en ayant un intérêt économique (le % de capital détenu) plus faible que son partenaire. Bien joué pour un groupe qui a longtemps snobé la haute finance. Au passage, la filiale chinoise est arrivée en bourse, a levé 819 millions d’euros pour financer son développement et Auchan va inscrire 355 millions d’euros de plus-values dans ses comptes. Chapeau l’artiste.

9h33 Après la finance, le commerce ! Petit couplet sur la conjoncture. “Le premier trimestre a été correct, le second trimestre plus tendu et mi-août s’est opérée une cassure“. Ca sent la justification à l’avance des chiffres à venir.

9h34 Le chiffre d’affaires donc. En comparable, il a progressé de 0,9 %. En France (on n’est plus en comparable), les ventes progressent de 2,4 %, en Europe occidentale hors France elles baissent de 1,3 % tandis qu’elles s’envolent en Europe centrale et en Asie : + 14 % où elles représentent désormais 13 milliards d’euros. Commentaire pour la France : “Une performance assez satisfaisante, même si elle est tirée par le drive“.

9h39 Après le chiffre d’affaires, le résultat. le titre du slide donne le ton : “Pression sur l’exploitation“. Dans le détail, l’EBITDA est en “légère régression” = – 5,5 % quand même. Quelques minutes plus tôt, le + 4,6 % des supermarchés avait été salué par une “forte progression“. C’est la preuve que tout est relatif, même les commentaires financiers !

9h40On va descendre le compte de résultat“, annonce le DAF. Aucun doute, l’homme est précis, rigoureux. Descendons avec lui… Après l’EBITDA, le REC, résultat d’exploitation courant. Auchan redevient positif : + 0,3 %.

9h41On continue à descendre le compte de résultat“. Alors, continuons. Place au RE, résultat d’exploitation (j’en profite pour réviser mon plan comptable avec XdeM). La différence entre le REC et le RE ? Les « autres produits et charges opérationnels ». Exposé sur la dépréciation d’un actif. Auchan a déprécié pour 185 millions d’euros en Italie, 35 millions en Espagne et 20 millions au Portugal. « Certains de nos confrères ont fait pareil » comme pour parer à toute question. Il fallait comprendre “Carrefour”. Au passage, puisqu’il s’agit d’un élément non récurrent, on apprend le niveau de la prime “50 ans” que le personnel d’Auchan a reçue : 92 millions d’euros. Pas rien. « Cette prime était plafonnée », rassure tout de suite XdeM pour ne pas trop favoriser les « hauts salaires ». La précision fait sourire Vincent Mignot.

9h45 On s’habitue à “descendre le compte de résultat”. Manque le résultat financier, les impôts, etc. Donc, ca y est, on arrive à la dernière ligne. Résultat net part du groupe 810 millions + 14,9 %. Partir d’un EBITDA à – 5,5 % et terminer en profit net à + 15 %, c’est pas mal ! Honnête, XdeM reconnaît qu’il y a des circonstances exceptionnelles dans le résultat.

9h46 Focus sur la France, place à Vincent Mignot. « 2011, année marquée par le cinquantenaire d’Auchan et par le cinquantenaire à venir ». Je le savais jeune mais pas à ce point là pour se projeter en 2061 ! Petite séance d’auto-satisfaction (encore une fois il faut savoir le  faire, donc aucun sous-entendu dans la remarque !). VM évoque la première place d’Auchan en choix et en promo dans les études d’image et la seconde en prix. “Sur l’image-prix, on s’est fortement amélioré cette année“. Pour autant, poursuit-il, “on reste derrière notre challenger, Leclerc“. Petite précision quand même : en la circonstance, c’est Auchan le challenger de Leclerc. Sans doute l’enthousiasme du boss qui ne cache pas vouloir doubler Leclerc sur ce critère. Entre Carrefour qui veut être “au même prix” que Leclerc et Auchan “devant en image-prix“, va y avoir du sport.

9h49 VM déroule les événements de l’année. Sur Auchan City, “on apprend“. Deux mots qui veulent tout dire. Mais sans se faire prier, VM reconnaît les difficultés du démarrage. Je cite : “Ca prendra quelque temps pour mettre au point. On n’est pas forcément très pressé“. Puis « on est pas sur nos ambitions de chiffre d’affaires et de résultat ». Parmi les chantiers : le professionnalisme et le non-al.

9h52 Des chiffres Auchan France à présent. 16,6 milliards d’euros de CA TTC vs 16,3 en 2010. Triple explication : – 0,6 % en comparable, + 0,4 % grâce à l’expansion et + 1,6 % par l’effet carburant. Passage ultra-rapide sur ce slide. Et sans commentaire. J’ai pas compté 30 secondes !

9h53 Les perspectives 2012 sont plus détaillées… Travail sur l’offre, sur le prix et donner davantage la main au local. Honnêtement, rien à dire. On est sur des ultra-fondamentaux du métier. VM a évidemment raison de les mettre au cœur de la stratégie. En termes d’expansion, il y a aura aussi 21 agrandissements et remodelings (+ 43 000 m2) et au moins 25 drives. Sans oublier l’ouverture de Cœur de Nature, un supermarché bio de 1 000 m2 confirmée pour mai.

9h56 XdeM reprend la parole, évoque les infos publiés par un site internet hier. C’est marrant, je me sens visé ;-)Informations erronées” tranche-t-il sans autre forme d’explications. Evidemment, je l’interrogerai plus tard sur ce point !

9h58 Conclusion de l’exposé financier. XdeM évoque le niveau de la dette (quasi inchangée), la note S&P (A, inchangée elle-aussi) et résume l’année : “Résultats tout à fait honorables. Le chiffre d’affaires augmente. L’EBITDA est en légère baisse, le résultat net est en hausse (même s’il a été aidé) et la dette est maîtrisée ». Place aux questions.

10h01 Premier sujet le drive. “L’effet drive est-il dans les – 0,6 % annoncé pour Auchan France en comparable ?“. Réponse “oui“. Ce qui conforte le résumé qu’on entend de temps à autre sur le drive qui a sauvé l’année Auchan. VM enfonce le clou : “Au-delà du CA, le drive ca permet de recruter des clients qui ne venaient pas habituellement chez Auchan. Ca a un effet sympathique sur la taille de clientèle ».

10h05 Rentabilité, le retour. “Vous contestez les chiffres publiés. Pour autant la tendance évoquée, à savoir une baisse de la rentabilité des hypers Auchan en France est-elle juste ?“. La réponse, bien que pleine de courtoisie, est sèche : “On ne communique pas sur ce critère“. Un peu court pour être convaincant d’autant que le document auquel j’ai eu accès est manifestement juste sur les autres informations, à commencer par les chiffres d’affaires magasin par magasin ! Au-delà, quiconque réfléchit posément sur le commerce arriverait de toute façon à cette même conclusion : le chiffre d’affaires a modestement progressé, les charges ont fortement progressé (ça avait été évoqué en début de présentation) et VM a reconnu avoir remis du prix dans l’année, notamment sur le jouet “où on a laissé tout le monde derrière“, disait-il. Logique, dès lors, que la renta ait baissé. Cela dit, Auchan peut légitimement décider de ne pas communiquer sur ce point. Et les observateurs (dont je suis) chercher malgré tout à savoir ! En somme, chacun est dans son rôle…

10h12 Question sur les ambitions d’Auchan dans la proximité suite à l’ouverture d’A2 Pas à Paris. Comme souvent dans la communication Auchan (on a aussi eu ça sur Partisans du Goût qui a ré-ouvert à Lille après avoir fermé à Haluin) : “Ce n’est qu’un test“. Comprendre : on ne dit rien. Reste que sans doute pris dans son élan, XdeM donne quand même un élément de plus : “Il faudra que vous attendiez avant d’en voir des centaines en France“.

10h22 Je reprends la parole en évoquant – malice, malice – un élément de mon fameux document interne : “Pour la première fois, une majorité d’hypers Auchan sont négatifs en chiffre d’affaires alors que l’enseigne a longtemps été montrée en exemple sur ce format. Quelle analyse en faites-vous quant à l’avenir de l’hyper ?“. VM qui a vite compris la question apporte une réponse intéressante que je résume. Pour lui, il faut voir dans les résultats 2011 davantage un effet de contexte que de format. Sous-entendu : dès lors que la macro-économie s’améliorera, l’hyper aussi. J’en profite pour lui demander si les hypers ont davantage souffert en trafic ou en panier. Réponse : en trafic. De mon point de vue, ça affaiblit la réponse précédente : si le trafic a baissé, c’est quand même parce que l’hyper en devient moins attractif. Et, ce sur point, la macro-économie n’y changera rien. Pour autant, et parce que j’aime bien l’homme et ses raisonnements, je veux bien donner un certain crédit à la vision de Vincent Mignot. A chacun de se faire sa religion !

10h28 Un point sur les négos, à la demande de la journaliste de l’AFP je crois. “Elles ont été très rythmées“, résume VM. Mais visiblement pas terminées… Plus loin : “On a quelques gros fournisseurs avec lesquels on bataille“, admet VM. « Très peu », tempère aussitôt XdeR. « En fait on les compte sur les doigts d’une main », reprend VM. Concrètement, hormis “l’affaire Nestlé-Lactalis” évoquée ce matin par Le Parisien, on apprendra goutte.

10h37 Une dernière question sur les prix. L’occasion de VM de savourer sa petite annonce qui va faire causer dans les états-majors : “Dans les jours qui viennent, on va lancer une offensive très forte sur le prix et sur la totalité du territoire“. Evidemment, il n’en dira pas plus. J’vous l’ai dit. Va y avoir du sport.