Le , par
"Les choses sont assez sérieuses"

Ai zappé de vous rapporter ce coup de fil qui en dit long sur les motivations de mes congénères de la presse grand public. Il y a quelques mois – en gros lors de l’annonce de la démarche Conso Responsable par Leclerc – un journaliste dont je tairais le nom et la chaîne par charité confraternelle m’appelle sur le thème “on voudrait faire quelque chose là-dessus, c’est trop gros“. Je réponds à ses questions comme je le fais à chaque fois qu’on me demande un avis. C’est, pour moi, une façon d’assumer mes opinions (je vous renvoie aux différents billets / tapez conso responsable dans le moteur de recherche du site). Récemment, donc, coup de fil de ce même journaliste pour un autre sujet. Au passage, il m’informe sur l’avancement (ou plutôt le non-avancement) du sujet Conso Responsable. Je vous livre texto au mot près : “Les choses sont assez sérieuses, donc on a décidé de ne pas aller plus loin“. Les journalistes ne seraient-ils donc, par principe, que procureurs ?