Le , par
De Lille à Bergerac, de Casto à Leclerc

Jeudi. Une journée comme je les adore. D’un côté partager des convictions devant un parterre de patrons de point de vente. De l’autre arpenter les allées d’un nouvel hyper. Le matin, chez Castorama à Lille, le sujet était au centre du commerce contemporain et à venir : la préférence d’enseigne et, m’avait-il été demandé, le lien avec l’image-prix. Difficulté supplémentaire de l’exercice : j’avais… 30 minutes chrono ! Ce qui faisait par exemple 10 minutes sur l’image-prix. Voyez le défi. Pour ceux que ça intéresse, la partie sur l’image-prix (évidemment sans les commentaires) est à télécharger ici. Elle a, par principe, le mérite d’être hyper synthétique sur les leviers de l’image-prix.

Changement de décor (et de rôle) ensuite. Direction Pineuilh, à une vingtaine de kilomètres de Bergerac. Leclerc inaugurait un nouvel hyper de 5 900 m2. En fait, l’hyper est ouvert depuis 1 mois. Mais, dans le jargon Leclerc, “l’inauguration” correspond au moment où MEL vient appuyer l’adhérent dans sa communication officielle de lancement. Comme le veut la tradition du blog, je vous en propose une visite en avant-première en téléchargeant le diaporama ici. Mais, je voudrais mettre en avant 5 bonnes idées merchandising : les TG 3 faces et multiniveaux, les TG en fruits et légumes, le rayon marée, la bergerie charcuterie-traiteur et la cave. A chaque fois, je vous propose de partager en quelques mots pourquoi je considère que c’est une bonne idée. Bon, je sais, c’est moins stratégique qu’un lettre ouverte à Georges Plassat (voir hier), mais c’est tout aussi important. Car retail is detail…

TG 3 facesAutant le dire, j’adore les TG 3 faces car elles “cassent” le rythme visuel d’une pénétrante ou d’une centrale et elles offrent une meilleure visibilité des produits. Ici, astuce supplémentaire, un niveau de tablette a été ajouté et permet un bon cross-merchandising : l’allume-feu avec le charbon.

DSC_0636Autre belle idée en matière de TG : les fruits et légumes. Toutes les TG sont ainsi construites : deux tables de masse gigognes et deux panières en guise “d’oreilles”. L’aspect gigogne des tables permet d’ajuster la TG au fil de la journée et de la gestion du stock. Et les panières offrent une intéressante possibilité d’association de produits.

DSC_0612A la marée, une double originalité. D’abord l’utilisation de meubles réfrigérés (pas nouveaux mais encore rares) et ensuite des meubles-ilôts qui sont implantés en deux niveaux. Seul inconvénient : les clients sont parfois tentés de passer entre les deux niveaux, ce que le magasin n’avait pas prévu.

DSC_0619Rayon charcuterie-traiteur. La première sensation est étonnante : les produits donnent l’impression d’être beaucoup plus près du client. En fait, il faut se reculer pour comprendre. Le meuble est plus haut qu’à l’ordinaire. Effet réussi.

DSC_0610La cave. Evidemment, pour ceux qui suivent, j’aime le lieu en général. Mais ici, en particulier, j’ai apprécié un fondement du merchandising : l’alternance visuelle qui stimule l’oeil. Bien sûr, il y a ce joli meuble bibliothèque sur la gauche mais aussi, si vous décortiquez la photo, 4 autres supports de présentation de l’offre. Là aussi, effet réussi.

Pour télécharger le diaporama de visite, c’est ici

PS : un oubli dans la note. Le coût de la chose. 11 millions d’euros pour 25 000 m2 couverts (hyper, galerie, etc.) Ce qui est finalement assez bas.