Le , par
Leclerc veut faire sa fête à Carrefour !

Suite de cette journée de résultats. A présent, c’est Leclerc qui dévoile ses résultats pour le premier semestre. Evidemment bons, ne serait-ce que parce qu’autrement l’enseigne ne les présenterait pas (rien d’obligatoire en effet à la différence de Carrefour). Passage en revue donc. Le CA global progresse de 7,8 % à 16,3 milliards d’euros hors carburants. En France, et toujours hors carburant, la progression est plus forte encore : + 8,3 %, dont + 6,8 % à parc constant (ce qui ne signifie pas à mètres carrés comparables quand même). En fin d’année, Leclerc anticipe un « atterrissage » à 32 milliards en France, soit environ + 7 %. Un rythme de croissance dont ne pourront probablement se prévaloir que les deux autres enseignes d’indépendants, Système U et Intermarché. Autre fait marquant : le déploiement des drives. 304 sont anticipés en fin d’année et la barre des 400 – initialement anticipée pour 2015 – sera atteint fin 2013. Trois bémols néanmoins : l’international qui patine (exposition à l’Espagne oblige), le recul (- 0,9 %) de Leclerc Express et la quasi-stagnation du non-al à + 0,6 %.

Au-delà, Carrefour a sans conteste été le concurrent le plus cité… Il y a bien sûr la concomitance des résultats, à quelques heures près. Mais il y a surtout cet objectif que Leclerc poursuit – en l’avouant par moment tout en le niant aussitôt – : « aller chercher Carrefour en 2015 ». En clair, dépasser en parts de marché l’ensemble du groupe Carrefour, hypers, supers et proximité. C’est tellement pas un objectif (rires…) que plusieurs slides de la présentation focusent spécifiquement sur l’écart de performances entre Carrefour et Leclerc. Ainsi, a-t-on appris qu’en parts de marché articles PGC-Frais LS (pas celles que vous lisez généralement qui sont calculées en chiffre d’affaires) Leclerc est 17,7 % de PDM tandis que l’ensemble du groupe Carrefour est annoncé à 18 %. Aucun doute, Leclerc a toujours le même objectif symbolique : faire sa fête à Carrefour !