Le , par
La baisse de prix Leclerc homogénéise le tarifaire du réseau

Leclerc HomogénéitéLa baisse de prix Leclerc, suite (2). Et ce constat : le repositionnement intervenu le mois dernier (et mis en exergue par l’étude DISTRI PRIX) a été l’occasion d’homogénéiser le tarifaire du réseau. En clair, ce sont les magasins les moins performants qui ont le plus baissé. A l’inverse, les sites à moins de l’indice 93 ont peu modifié leurs étiquettes. Soit qu’ils ne le pouvaient pas (la baisse de prix a ses limites, généralement fixées par le compte d’exploitation !), soit qu’ils étaient déjà largement leader sur leur zone. Mais la conséquence est là : l’écart entre les “bons” et les “moins bons” est passé de 6,6 pts d’indice à 5,4 pts. Soit environ 20 % d’homogénéité supplémentaire dans le pricing du réseau.

NB : au passage, réponse à une question m’est souvent posée ces derniers jours. Pourquoi Leclerc réagit nationalement alors qu’il suffirait de cibler les Géant qui sont en concurrence ? Parce qu’il en va des symboles. Et de la valeur de la marque Leclerc sur le marché. Dans la vision Leclerc du retail, chaque hyper doit être le moins cher localement ET avoir au fronton l’enseigne reconnue comme la moins chère nationalement. L’un sans l’autre est un équilibre bancal. Risqué même. Alors, certes, Leader Price et Colruyt devançent ponctuellement Leclerc. Mais le premier a peu de produits, le second un très faible poids sur le marché. La menace Géant était, elle, d’une autre nature.