Le , par
J'ai testé… Le Scan'Phone de Carrefour Market

ScanPhone Market-1C’est un test encore très discret, réservé à une poignée de magasins (qui se comptent sur les doigts !) : Carrefour teste une application de scan mobile dans ses supermarchés (à l’image de l’expérimentation menée en Belgique et que je vous avais présentée ici en début d’année). Le principe ? Toujours le même : transformer le smarphone du client en douchette de self-scanning. L’intérêt : généraliser le self scanning (générateur de baisse des coûts en caisse) et, à long terme, ne plus investir dans les terminaux puisque le client l’a dans sa poche !

Concrètement, le client doit d’abord télécharger l’appli et s’identifier à l’accueil du magasin via sa carte de fidélité ou sa carte Pass (je passe rapidement sur la difficulté de s’identifier via son numéro Pass… / même l’hôtesse semblait désemparée !). Ensuite, première étape du processus de course : scanner le code 2D à l’entrée du magasin. Automatiquement, le smartphone passe en mode scanning, dans un registre très intuitif. Reste “LE” gros défaut (comme tous les tests précédents, y compris Walmart) : l’optique des smartphones est toujours moins rapide que les douchettes pour lire les codes-à-barre. Ce qui est vite agaçant, surtout pour les clients pressés ! Deux précisions : 1) la possibilité de “lire” les codes-à-barres générés par les balances des produits frais trad ; 2) le client dispose d’un écran avec le panier qui s’incrémente au fur et à mesure (ce qui, pour le coup, est plus “confort” que les douchettes de self-scanning). Pour le paiement (et eu égard au faible nombre d’utilisateurs), Market aiguille le client vers l’accueil/caisse centrale. Le scan d’un nouveau code 2D permet de clôturer la session et de transmettre le panier vers la caisse. Sans que le client n’ait donc à déposer ses achats sur le tapis. Sauf si la caissière n’engage une relecture de contrôle. Dans mon cas, un coup d’oeil rapide au panier a suffit !

ScanPhoneMarket-5

Pour télécharger le document remis au client par Market, c’est ici