Le , par
Carrefour réinvente (et réduit) Euralille

CarrefourEuralilleDirection Euralille hier. Le centre commercial entre les deux gares de Lille a 20 ans. L’hyper aussi. Et les deux avaient plus que besoin d’un rafraîchissement. Au passage, Carrefour a réduit la jauge : 7 500 m2 sur un seul niveau en lieu et place de 12 000 m2 sur deux niveaux. Uniquement pour ce ratiboisage en règle, ça valait le déplacement. Et même si l’hyper n’a pas été encore officiellement inauguré, 95 % du chemin est fait.

Première évolution : une forme de circularisation (voir le plan ci-dessous). Pour les habitués du retail américain, l’hyper est construit comme un Walmart ou un Target par exemple, autour d’un « canyon » (cette large allée qui ceinture une partie du PGC). Conséquence : l’hyper est moins facile « à lire » pour le client habitué à l’hyper « à la française ». Et ce, d’autant qu’il y a beaucoup de perpandiculaires.

Ensuite, une telle réduction de surface, ça impose forcément des choix drastiques en marchandises. Sans surprise, sur 7 500 m2, il n’y a pas de gros électroménager. Mais il n’y a aussi quasiment plus de textile, ce qui est assez rare ! Comprenez bien : la mode a disparu. L’espace textile n’est en fait occupé que par le consommable homme et femme, un peu de layette et du linge de nuit. En fait, c’est ni plus ni moins qu’une (bonne) adaptation locale. Songez qu’il y a dans le centre commercial plus de… 30 boutiques « mode ». Alors la légitimité de l’hyper face à Zara, H&M, Desigual, Kaporal, etc. D’autant qu’un Primark pourrait bientôt débarquer (Carrefour a laissé une jolie surface dispo à l’étage !).

Dans la forme à présent, il n’y a pas (encore ?) d’effet particulier sur le non-al. Ni sur la déco (à peine des nouveaux panneaux bleus pour la signalétique) ni sur l’éclairage. Du LED certes, mais très peu de directionnel. En fait, il faut attendre la zone produits frais pour un début d’effet waouh. Perspective dégagée, éclairage plus bas, quelques meubles repris à Villeneuve-la-Garenne, joli trompe l’œil à la pâtisserie, etc.

En fin de parcours : les caisses. Là, Carrefour a mis le paquet. 50 caisses : 10 SCO, 26 caisses paniers en file unique et 14 caisses traditionnelles. Indispensables pour un hyper au trafic impressionnant en fin d’après-midi (heureusement, j’avais déjà fait mes photos). Un trafic qui le rend forcément difficile à tenir. Sans compter une certaine forme d’incivilité frappante. J’avoue n’avoir jamais vu autant de produits « abandonnés » dans un autre rayon que le leur. Ce qui rend l’hyper vraiment plus difficile à tenir que la moyenne. Surtout un jour de soldes ;-)

Pour visiter Euralille, vous ai préparé un diaporama en libre-téléchargement ici (mais en basse-déf pour le poids)

CarrefourPlan