Le , par
Prix uniques d'Auchan : la bonne idée (mais qui surexpose à la concurrence)

Auchan Yop PrixVoilà plus d’un an qu’Auchan a initié les prix uniques sur un nombre croissant de gammes : Yop, Danette, Coca-Cola, etc. Nom de code du projet : DPLG, discount par la gamme (voir le post qui présente jusqu’aux changements d’implantation ici). Autant le dire, je comprends très bien l’idée sous-jacente : cesser le high-low au sein d’une même gamme. Ou quand les parfums annexes, genre fraise-banane ici, financent (par des marges sur-élevées) un discount excessif sur le parfum référent, par exemple fraise… Auchan prend en effet le pari qu’un discount plus “fair” profitera à l’image-prix de l’enseigne. Sur l’objectif, pas de problème. Sur la réalisation en revanche, Auchan se surexpose à la concurrence. C’est ce que démontre cette étude exclusive menée sur la base des datas d’A3 Distrib (j’ouvre la parenthèse : comptez sur moi pour remettre prochainement l’église au centre du village quant à la fiabilité de ces datas que certains contestent, probablement davantage par l’aigreur de ne point en disposer que par une analyse de terrain de la situation).

Donc la situation ici à Nantes dans l’un des Auchan de l’agglo. Tous les Yop sont affichés à 1,75 €. Mieux, la démarche est plus que revendiquée, affichage XXL dans l’allée centrale (au demeurant très réussi). Mais que vaut ce prix de 1,75 € ? En national comme en local, c’est la même conclusion : le prix unique améliore la position d’Auchan sur les parfums secondaires mais l’expose à la concurrence (plus agressive) sur les parfums majeurs. L’avantage est-il supérieur au risque ? Je poserai la question lundi 9 à Vincent Mignot, le patron d’Auchan en France, lorsqu’il présentera les résultats 2014. Le voilà prévenu !