Le , par
DPLG : le nouveau projet prix d'Auchan

DPLG2bisLa semaine spéciale “prix” continue avec de l’info inédite et très opérationnelle… Voila le sigle du moment chez Auchan : DPLG, pour “Discount Par La Gamme” ou comment améliorer l’image-prix par le pricing et le merchandising. La première partie du projet est publique depuis quelques mois : ce sont les prix uniques par gamme. J’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer ici, notamment sur l’ultra-frais. Et Linéaires a récemment révélé qu’Auchan allait déployer la démarche dans tous ses hypers (pour la crémerie, mais pas que…).

DPLG2Avantage du pricing unique selon Auchan : restaurer la confiance du client dans les prix en évitant de vendre à la planche la référence leader (ici le chocolat, souvent à moins de 1 € aujourd’hui) et en surmargant les autres pour se refaire. Là, Auchan prend le pari qu’avec par exemple tous les Gourmands Mamie Nova à 1,13 €, le client est davantage incité à naviguer dans la gamme sans douter du “juste prix”.

La seconde partie du projet est plus discrète bien que publique puisqu’il “suffit” de regarder de près les rayons. Les implantations ont radicalement changé. Auchan a d’abord redéfini plus précisément les contours de chaque catégorie / unité de besoin, vue du client. Ensuite, l’implantation privilégie une logique de prix croissant pour aider le client a choisir son produit en toute connaissance du prix (rappel de l’objectif : restaurer la confiance dans les prix). Exemple ici sur les beurres au sel de mer.

DPLG3En bas à gauche, c’est le produit le moins cher de l’unité de besoin qui est systématiquement implanté. Ici la MDD à 1,42 €. En haut à droite, c’est le produit le plus cher (2,20 €). Entre les deux, une lecture verticale et horizontale avec des prix qui vont croissant. Rien de révolutionnaire en tant que tel. L’étagement des prix se retrouve souvent dans le commerce spécialisé. Mais, en hyper, eu égard au nombre de références, l’expérience montre qu’en règle générale l’implantation est plus qu’aléatoire.

DPLG4Autre exemple sur les ampoules à “grosse vis”. Il y a moins de références mais la logique est la même. Selon mes informations, ce type d’implantation n’est encore qu’à l’état de test dans deux hypers. Mais Vincent Mignot y est attendu le mois prochain pour décider d’un éventuel déploiement. A suivre…