Le , par
Crise agricole : cet édito a 6 ans mais (hélas) pas une ride !

 TGC Paysans-Distributeurs

Sans doute la conséquence d’une formation agricole, le sujet des relations entre paysans et distributeurs m’a toujours interpellé. Autant dire que mes convictions sont depuis longtemps forgées…  Si besoin en était, avoir dirigé pendant un an le Think Tank Alimentaire des Echos (relire ici) n’a fait que les renforcer. Le premier problème n’est pas tant le prix (au sens des étiquettes en rayon) mais bien le coût (de production) qui rend la ferme France moins compétitive qu’ailleurs. Sans vouloir exonérer les différents maillons des filières, le principal coupable est…L’État. Le chef d’accusation : avoir laissé s’instaurer de terribles distorsions dans les coûts de production entre pays. Soit par manque de vision sur le marché européen post-dérégulation, soit par manque de… testostérone pour imposer aux autres ce que nous nous imposons.

A ce propos, relire cet édito qui a quand même… 6 ans est juste édifiant. “Les mêmes causes produisant les mêmes effets, à cette crise agricole en succèdera une autre”, avais-je conclu en substance. Nous sommes nombreux à poser ainsi le diagnostic avec, je l’ose, une forme de… bon sens paysan. Mais manifestement pas encore assez nombreux pour contraindre le Ministre de l’Agriculture (quel qu’il soit) à autre chose qu’une énième gesticulation médiatique. Ce qui était donc le cas, encore une fois, aujourd’hui à Caen. 

Pour relire l’édito “Paysans-Distributeurs : l’État si coupable”, c’est ici