Le , par
Circuit court : l’histoire pas toujours aussi belle que certains la racontent…

Tastet-1

Ah les circuits courts ! Les procureurs de la grande distribution (ceux qui suivent mon compte twitter @Dauvers70 comprendront mieux que les autres) n’ont de cesse d’en faire l’avenir équitable du commerce. Souvent en les chroniquant depuis leur bureau ouaté, rarement depuis le terrain. La semaine dernière, l’exemple de ce point de vente m’a littéralement sidéré… Tout y est pour en faire la meilleure contre-pub des circuits courts. Déjà la promesse : “le marché du producteur”. S’agit-il d’un “magasin de producteur” ? A en juger la variété des marchandises et la diversité des origines, c’est non. Pourtant, nombre de clients auront fait l’amalgame… Sans compter une forme d’à peu près dans les origines. Les asperges “origine Gironde” (à quelques dizaines de kilomètres de là) sont en fait “origine France” à l’intérieur de la boutique. Rien de grave certes, mais que n’aurait-on pas dit si un hyper était responsable de pareille approximation ?

Dans la politique commerciale aussi, visite très instructive. Toutes les pommes sont à 1,20 €/kg, c’est-à-dire un objectif bon prix. Mais pour ce prix, le client ne repartira qu’avec des fruits “bruts de cueille”, non calibrés donc, mais surtout de second choix. Ce qui relativise quand même le bon prix du circuit court ! 

Tastet-2

Au-delà des pommes d’ailleurs, de nombreux produits sont proposés en catégorie II. Là, y’a pas photos. Le rayon fruits et légumes de l’hyper voisin sera toujours supérieur avec majoritairement de la catégorie I. Certes, on pourra toujours discuter sur l’apport sociétal de la grande distribution (à chacun son point de vue et c’est bien ainsi) mais, factuellement, ce jour-là, ce “marché du producteur” était en-deça en qualité produits. En témoignent ces gariguettes. Françaises mais bien peu avenantes ! A vue de nez, la moitié du poids net ne sera pas consommable. Ce qui multiplie donc le prix par deux :-(

Tastet-3

Enfin, retour sur le parking pour le plus cocasse. Les chariots. Siglés de l’enseigne mais l’oeil averti détecte rapidement leur vie précédente : chez Lidl (d’ailleurs le logo demeure, à droite). Preuve que la grande distribution a quand même des vertus pour les producteurs : fournir les chariots ! 

Tastet-4