Le , par
J’ai testé… les nouvelles caisses Market à Vire (14)

marketvire1

Après la moquerie (revoir ici), place à l’analyse beaucoup plus sérieuse des nouvelles caisses de Carrefour Market, telles que révélées ici dans le cadre du nouveau concept “super d’attraction” de l’enseigne. Pour ça, rien de tel que de tester la caisse en situation de client, un samedi ordinaire. Direction donc Vire dans le Calvados pour découvrir la Checkmate 500 du suédois Itab. En fait de nouvelles caisses, c’est d’abord un nouveau process d’encaissement pour le client. Habituellement, le client dépose ses articles, les ensache (rarement aussi rapidement que la caissière les scanne) et règle ses achats avant que la caissière ne puisse s’occuper du client suivant. La fluidité en prend un coup, les coûts aussi (sur les plus gros paniers, la caissière passe une partie de son temps à regarder le client en action !). Pour le client, justement, c’est un irritant potentiel : la “pression” de la caissière et du client suivant pour qu’il accélère le train est parfois assez perceptible ! 

Ici à Vire, Market entend donc traiter les deux sujets : le flux et le confort client. Me voilà invité à déposer mes articles les uns après les autres sur le tapis “avant” (assez court), sans me soucier de la suite pour l’heure… En arrière caisse, un séparateur (une astuce aussi vieille que le commerce) me réserve un espace sur le tapis. 

marketvire2

Seconde étape : payer avant d’ensacher. Forcément, c’est pas le plus intuitif. Ce qui suppose une bonne dose de pédagogie, ce que me confirme l’hôtesse. Mais après tout, pourquoi pas… Va donc pour le paiement. 

marketvire5

Dernière étape : l’ensachage. La caissière est déjà passée au client suivant. Sans doute plus habitué que moi (quand même très peu régulier à Vire, je dois l’avouer), le client sera parti avant que je n’ai libéré la place. Ce qui donne tout son sens à la nouvelle caisse. 

marketvire6

Bilan : un process qui répond bien à l’objectif. Mais deux points perturbants : 1) le sentiment d’abandonner ses courses à l’autre bout de la caisse, à la merci de n’importe qui (dans les faits probablement pas gênant à Vire) ; 2) l’arrière caisse n’est constitué que d’un tapis dont l’avancement pour le client suivant a comme effet désagréable de tasser mes emplettes.