Le , par
Retour à l’IFM avec… Michel-Edouard Leclerc

itv-mel

C’est l’un des traditionnels temps forts des Journées Annuelles de l’IFM : les interview-live de patrons de la distribution. Cette année, en clôture des deux journées, se sont succédés une heure durant à mon micro Michel-Edouard Leclerc et Noël Prioux, patron de Carrefour en France. Avant d’y revenir de manière plus circonstanciée dans l’E-MAG GRANDE CONSO (une nouvelle publication de la maison à venir*), extrait de l’échange avec Michel-Edouard Leclerc…

Sur le sujet des prix, il y a un apparent paradoxe. D’un côté, le marché est toujours déflationniste, ainsi que le mesurent Nielsen ou IRI. De l’autre, selon l’indice DISTRI PRIX (A3 Distrib / Ed. Dauvers), la bataille pour la première place entre Leclerc et Géant se joue désormais à l’indice 94, soit un point de plus qu’il y a un an… Comment l’expliquer ?

Assez simplement en fait ! Après des déflations très fortes, jusqu’à 8 ou 10 % sur certains produits, nous sommes arrivés « au fond de la piscine ». Il faut s’attendre à un ralentissement de la déflation désormais. Et, finalement, il est assez logique que ceux qui sont devant ne cherchent plus « le fond » puisqu’ils l’ont déjà touché avant les autres !

La guerre des prix est donc terminée ?

Attention au sens des mots et à la réalité des chiffres… Ce que l’on appelle indument « guerre des prix » n’est qu’une approche de la concurrence qui n’est pas assumée. Les prix moyens français ne sont pas descendus plus bas que les prix allemands, polonais ou anglais par exemple. Il n’y a pas une spécificité française. La guerre des prix, Tesco en parle très bien. Alain Caparros, le patron de Rewe, aussi. Et je reviens de Pologne où les adhérents Leclerc locaux m’ont parlé de guerre des prix menée là-bas par Auchan/Real.

Autrement dit, et si l’on veut bien sortir des visions polémiques, il y a certes une déflation, une guerre concurrentielle, mais ce n’est pas spécifique à la France. Ca ne nous dédouane pas de nos excès et, plus généralement, de ce que l’on pourrait mal faire. Mais sur le principe il n’y a pas de spécificité française.

La suite dans l’E-MAG GRANDE CONSO…

emag

* Premier teasing sur la prochaine publication de la maison : l’E-MAG GRANDE CONSO. Radicalement différent de tout ce que vous connaissez déjà en matière de presse retail ! A suivre…

Pour être alerté de la sortie de l’E-MAG GRANDE CONSO, un p’tit mail ici.