Le , par
La visite vidéo : le premier Go Sport implanté au cœur d’un Géant

Go Sport visite vidéo

Un Go Sport dans un hyper Géant : l’idée m’a paru tellement intéressante qu’elle a mérité un aller/retour à Chalon-sur-Sâone. Je sais, ça peut surprendre mais quand on aime, hein !, on ne compte pas les kilomètres… Donc, pour comprendre la logique, faut déjà se rappeler que les deux enseignes appartiennent, in fine, au même patron (Jean-Charles Naouri), même si elles ne sont pas logées dans la même holding. Casino pour Géant, Rallye pour Go Sport. Ensuite, il faut un élément de contexte local (d’où l’intérêt du déplacement) : il y avait déjà un Go Sport à quelques centaines de mètres de l’hyper. Mais un Go Sport qui venait de se faire déloger par le propriétaire des murs, au motif que l’heure était venue de raser le bâtiment ! Enfin, troisième explication : depuis plusieurs années, Casino réduit la taille de ses hypers pour en améliorer le rendement. Mélangez les trois raisons et vous avez tout compris du “pourquoi” un Go Sport tape l’incruste dans un hyper Géant. Et pas qu’un peu d’ailleurs… L’enseigne de sport occupe 1 450 m2 sur les 8 700 m2 de la coque de l’hyper. 

Concrètement, l’hyper a resserré son offre non-al et a dégagé toute la partie à droite de l’allée pénétrante. Partie qui est vitrée sur sa hauteur (voir la visite vidéo que je vous ai préparée) de telle sorte que les clients voient clairement les deux magasins. Go Sport, pour sa part, a accepté de se déployer sur du carrelage, ce qui est quand même inhabituel pour un magasin de sport, plus enclin au revêtement plastique ou à la moquette. Comptablement, les deux enseignes sont séparées, chacune encaissant ses clients, ce qui constituent la seule “déception” du parcours d’achat que l’on pourrait attendre sur le modèle des corners sushis avec encaissement unique. Mais les deux enseignes ont clairement à gagner dans l’opération : Géant récupère à la fois un loyer et des clients qui ne venaient pas nécessairement jusqu’à l’hyper après être passés chez Go (une route séparait les deux bâtiments) ; et Go Sport profite du trafic naturel de l’hyper. 

Pour la visite vidéo, c’est ici