Le , par
DISTRI PRIX : Géant joue avec les promos drive pour challenger Leclerc

DistriPrixOctobreRetour de l’étude mensuelle DISTRI PRIX (A3 Distrib / Ed. Dauvers) après un mois d’absence. “Absence” pour des raisons de recalage méthodologique (je crois comprendre que la publication est très suivie, donc il n’est pas inutile, à l’occasion, de prendre le temps de quelques validations !). Objet de nos investigations : à la fois la tête et la fin du classement. En clair, Géant d’un côté et Monoprix de l’autre. Géant a violemment décroché depuis le début de l’été. Début juin, les hypers de Casino évoluaient à l’indice 95 puis ont baissé de 2,5 pts, au point de d’abord challenger  puis ensuite de devancer (nettement) Leclerc. L’explication réside dans la politique promo de Géant sur le drive (là où sont collectés les datas utilisées pour DISTRI PRIX). Je l’avais déjà évoqué début juillet (revoir ici), Géant teste actuellement la réactivité du consommateur à la remise immédiate vs les lots virtuels. En août par exemple, l’enseigne a joué une double partition promotionnelle : des produits proposés en magasin à “– 60 % sur le second” se sont retrouvés à – 30 % en remise immédiate sur le site drive. La méthodologie de l’indice DISTRI PRIX intégrant les remises immédiates (parce que c’est le prix réellement payé en caisses pour chacun des articles), Géant a mécaniquement décroché Leclerc (lequel conservait néanmoins son rang hors promo : indice 93,6 vs 94,3). 

Dans ses conditions générales de vente (CGV), Géant n’en fait d’ailleurs pas mystère : “Les prix des produits sont identiques à ceux du Géant Casino ou Casino Supermarchés dans lequel est préparée la commande. Ils s’entendent toutes taxes comprises et peuvent faire l’objet de promotions différentes de celles présentes en magasin“. En gros, les prix offline et online sont identiques mais pas les promos. Reste quand même une question, non négligeable vue du client : comment les prix peuvent-ils alors être vraiment identiques ??? Toujours dans le même registre de différences de prix offline/online, autre cas sur lequel nous nous sommes penchés : Monoprix. Dans ses CGV, l’enseigne n’évoque ni différences de tarif ni prix identiques. Il fallait donc en avoir le cœur net, notamment pour comprendre la hausse du printemps. Résultat : l’écart existe, en faveur des magasins, mais il est faible, de l’ordre de 2 % en moyenne. 

Et pour recevoir les résultats complet de DISTRI PRIX et la méthodologie, il ne vous en coûtera toujours qu’un mail, ici (pour les abonnés à DISTRI PRIX, vous l’avez normalement reçu automatiquement reçu hier soir).