Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

SC

SAMEDI CONSO : l’occasion de revenir sur la semaine, en totale liberté comme toujours… Et tant pis si ça pique !

 

SAMEDI

SamediGéantMassenaAoûtIMG_2758 

Un hyper Géant à Paris pour une observation plus qu’attentive des prix (#teasing). Une question… Cette palette passera-t-elle la journée ?

 

SamediIMG_2769 

Un autre hyper. Auchan cette fois. Magnifique TG rentrée des classes. Immanquable. Comme quoi la coopération commerciale peut avoir une valeur et donc donner lieu à rémunération de l’enseigne… ;-)

 

DIMANCHE

Mevel 

Lecture du JDD. Un papier sur « le breton Sill », plus connu pour ses marques Malo ou Petit Basque (les Basques et les Bretons ont toujours eu des accointances…). Je manque de m’étrangler… Le procureur habituel de la distribution sur les réseaux sociaux, Olivier Mevel, décode le succès de la Sill : « En France, ils ont su mener des partenariats intelligents avec la grande distribution ». Parce qu’il est donc possible de mener des « partenariats intelligents » avec des distributeurs ??? Dingue ça. Comment dit-on déjà… Y’a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !

 

LUNDI

LundiIMG_3195 

Cap au Sud. Marseille. Immanquable Auchan Gourmand, à deux pas du Vélodrome. Contrairement à tout ce que j’ai lu jusqu’à présent, Auchan n’est qu’indirectement derrière le projet. C’est un entrepreneur local, par ailleurs associé au capital du centre commercial Prado, qui l’exploite en licence de marque. Et qui a donné carte blanche au maître des lieux, l’ancien patron de Lafayette Gourmet à Nice. Résultat ? Un « temple de la bouffe ». Photos dès lundi sur le blog et vidéo à suivre.

LundiIMG_3206

 

 

Vitrolles. L’énorme « bête » Carrefour. Un hyper « à l’ancienne », évidemment trop grand pour son époque mais qui respire encore bon le commerce. Au rayon rentrée des classes, cette bonne idée, toute simple… Un tube plastique devant les cartons pour montrer les trousses en situation. Simple, efficace. Comme quoi… nul besoin de faire compliqué ou « tech » pour faire bien !

LundiIMG_3268

 

MARDI

IMG_3395 

Direction la Corse pour découvrir le dernier Leclerc ouvert (en photos ici et bientôt en vidéo). Les tablettes verre, ça frappe forcément. Au portefeuille d’abord puisque c’est 3 fois plus cher que de la « planche » classique. Mais à l’œil aussi. Le support s’efface totalement derrière le produit.

 

MardiIMG_3420 

Ajaccio n’est pas que le dernier Leclerc ouvert. C’est aussi le premier entrepôt drive de l’enseigne. Sur 3 800 m2, Ajaccio a préparé l’an dernier pour 32 millions d’euros de commandes (22 M€ retirées sur le site, 10 M€ sur un point de retrait). Impossible de résister… Passez moi donc une zapette que je fasse de la préparation de commandes ! Je n’étais sans doute pas assez affûté pour la Ronde Chabrillanaise (c’est une course à pied, pas un concours de danse) mais pour les prochainns Ateliers du Drive, là je suis au point ! Rendez-vous le 27 septembre. Des chiffres, des analyses et… du vécu !

 

FoodWatch 

Revue de presse. Le Parisien relaie une étude menée par FoodWatch sur la réalité des produits, en tous les cas comparée aux promesses sur les packagings. Du pain béni pour des journaux en mal d’informations dans la torpeur estivale. Et tant pis si le journaliste tord tout autant la réalité que l’industriel… Exemple sur les knackis de poulet Herta. FoodWatch, dans son étude, écrit exactement ceci : « Ces Knackis contiennent en fait 75 % de poulet, et pas forcément des parties auxquelles on peut s’attendre : trois quarts du produit sont de la viande séparée mécaniquement restant sur les carcasses de poulet et de la peau de poulet ». Pour Le Parisien les knackis « contiennent essentiellement de la peau et des restes de volaille ». Donc, la viande séparée mécaniquement restant sur la carcasse devient des « restes » et la peau est le premier ingrédient cité. Le Parisien est-il vraiment plus vertueux qu’Herta ? Poser la question, c’est… y répondre !

  

MERCREDI

IMG_3574 

Retour sur le continent. A deux pas de l’aéroport de Marseille et du Leclerc de Vitrolles, découverte presque par hasard de Casa Gusto, un supermarché (près de 1 000 m2 quand même) où tout est italien. Et comme un supermarché vend de tout, il y a bien davantage que les habituelles pâtes, sauces, huiles d’olive et jambons secs. Donc, sur les gondoles, des céréales pour le petit-déjeuner, du dentifrice, de la vaisselle jetable ou des éponges pour la vaisselle. Et tout vient d’Italie ! Incroyable concours de circonstance : Casa Gusto s’est installé dans une ancienne concession Maserati (bientôt en vidéo, Casa Gusto, pas Maserati !).

MercrediIMG_3593

 

JEUDI

JeudiIMG_3809 

Encore un hyper Géant. Encore pour relever des prix… Le PET 1,5 l de Coca-Cola a disparu des rayons depuis quelques semaines mais l’étiquette électronique, elle, est toujours là… Donc le client peut bien se rendre compte de l’opération de downsizing en cours. Et de la hausse du prix au litre (bien supérieure à l’effet taxe soda) : de 0,98 €/l à 1,16 €. Merci Géant pour la transparence !!!