Le , par
Gestion du prix : Intermarché, le cancre qu’il faut secouer (pour son bien)

CQLP 26

Retour sur L’Observatoire des Prix C’est qui le Patron évoqué ici lundi dernier. J’avais alors lancé aux enseignes un défi de rentrée : identifier les prix “déconnants” (car supérieurs aux prix affiché sur le pack, ce qui est une aberration en termes de Penser-Client) et, naturellement, les corriger. Défi perdu, dans une approche strictement comptable et globale. Il y avait lundi dernier 182 prix à corriger, il y en a désormais… 203. Ce qui en dit long sur l’efficacité des cellules pricing dans les centrales (et donne du grain à moudre aux prestataires qui tentent d’y vendre des solutions simplement plus “pro” que le “crayon sur l’oreille” qui a l’air d’outiller nombre d’enseignes…). 

Au-delà de l’approche globale, un mauvais élève. Que dis-je ? Un… cancre. Car il faut oser faire monter en diffusion une référence (le steak haché) sans s’assurer de la cohérence prix tout en se sachant surveillé. Il y a une semaine en effet, 22 drives Intermarché proposaient le steak haché 15 % de MG (dont 8 avec un prix supérieur à celui inscrit sur le pack, soit environ un tiers). Désormais, ce sont 218 sites qui l’ont référencé et un sur deux avec un prix “déconnant”. La palme à La Chapelle, près d’Orléans (ci-dessous) : 6,22 € vs 5,65 €, affiché avec un label “Innovation” comme s’il s’agissait de se justifier aux yeux du client ! 

Bien sûr, les prix sont libres, comme certains me le rappellent plus ou moins directement et vertement. C’est exact ! Tout comme je suis… libre de penser que, pour l’image-prix d’un magasin ou d’une enseigne, c’est suicidaire de jouer à la surbine sur des produits dont le prix est affiché on-pack. Secouer le cancre Intermarché, c’est donc… pour son bien. Même si ça fait… mal. Ah !, le bien, le mal, pas la première fois qu’ils s’associent… 

CQLPInter26