Le , par
Chocolats “de Noël” : et si le déstockage à – 50 % était un risque assumé…

IMG_4397

Suite du sujet “chocolat de Noël”, évoqué ici. Suffit de se balader en magasins pour constater à quel point il y a 2 écoles sur le déstockage des chocolats de Noël : certains points de vente qui annoncent une remise de… 34 %, d’autres qui jouent encore le classique – 50 %. Sauf interprétation contraire, le chocolat (même de Noël) n’est pas un produit périssable, donc ne bénéficie pas d’une exception quelconque à la règle des 34 % de générosité maximale sur l’alimentaire. Surtout que pour bon nombre de produits (comme ici dans ce Monoprix), il s’agit bien davantage de chocolats “festifs” que “de Noël”. Donc l’argument selon lequel un produit ostensiblement connoté “fin d’année” (représentant par exemple un Père Noël comme certains produits Kinder) est… périssable tombe à plat. 

Malgré cette forme d’évidence d’illégalité, certains magasins affichent néanmoins – 50 %. Forcément ça s’explique… D’un côté, il y a le risque : se faire prendre par “la police de la promo”. De l’autre l’opportunité : le déstockage à – 50 % est autrement plus efficace qu’à – 34 %. Et comme le gouvernement a promis une forme de mansuétude pour les premiers jours, le risque est donc très mesuré. Ce qui le rend plus facilement à assumer… 

IMG_4396 IMG_4395 IMG_4394