Le , par
EGA : chez Carrefour aussi, ça “ruisselle” (vers le consommateur)

RuissellementCarrefour

Ceux qui suivent connaissent mon doute marqué pour la théorie du “ruissellement”, à la base de toute la construction de la loi EGA. Et, ce, depuis le premier jour (j’étais intervenu en ce sens lors de la réunion inaugurale de l’atelier 5 des EGA). Aujourd’hui, on y est… La réalité rattrape l’utopie. Il y a bien eu, et hier encore avec Lactalis et Leclerc, quelques annonces favorables aux agriculteurs. Mais il est désormais évident que l’essentiel du ruissellement escompté va se faire au profit du consommateur…

Après Intermarché et Leclerc (relire ici), nouvelle initiative : Carrefour. Quelques jours après les premières “descentes” de prix EGA (c’était lundi pour ce Ricard à 20,43 € par exemple), le groupe a annoncé hier 2 mécanismes pour “rendre” aux consommateurs ce que la hausse du SRP allait leur prendre : 1/ la prime grande marque (un crédit sur la carte de fidélité à l’achat de produits concernés par ces hausses) ; 2/ la prime fidélité, un bonus de 10 % sur des MDD choisies par le client). Dans les deux cas, un “ruissellement” de fait. Et l’illustration que cette redistribution va d’abord s’effectuer au profit du consommateur. Et c’est logique ! N’en déplaise à Didier Guillaume (ministre de l’agriculture), Christiane Lambert (FNSEA), Jean-Baptiste Moreau (député), Richard Girardot (ANIA) et autres utopistes dont la naïveté est certes touchante mais d’abord coupable eu égard à leurs responsabilités. 

NB : et pour éviter toute mauvaise interprétation, je ne conteste en rien le principe du ruissellement. Juste qu’il ne soit pas “organisé”.