Le , par
J’ai testé… la “prime EGA” de Carrefour

Prime

Entrée en application ce matin des nouveaux prix EGA pour les produits d’appel et de la “prime Carrefour” qui vise à compenser le surcoût pour le client. Direction, donc, le premier Carrefour venu (que je ne cite pas, la suite vous fera comprendre pourquoi !). Premier étonnement : aucune signalétique en rayon. L’enseigne s’est pourtant payée des pages de pub ce matin mais, en magasins, aucun relai. Prévoyant (ou informé), j’ai depuis hier soir la liste des 200 produits concernés. Exemple : le PET 1,5 l Pepsi Max. Absolument aucune info en rayon. 

IMG_6402IMG_6401

Second produit : Ricard. Ah !, Ricard. Le produit qui cristallise nombre de commentaires. Logique : il cumule les deux caractéristiques parfaites pour devenir “le” symbole de ces prix post-EGA : le plus bas niveau de marge dans la distribution et un prix facial élevé. Résultat : les 10 % de hausse se voient encore plus ! Mais pas ici… A 18,45 €, c’est toujours le prix d’hier. Questionné, l’employé de rayon n’est en rien surpris. “C’est normal, m’explique-t-il. On a du stock, c’est pas le même code-barre que le Ricard classique même si c’est le même produit. Quand on en aura plus, on mettra la nouvelle étiquette“, me dit-il, en sortant de sa poche l’étiquette : 20,43 €. Evidemment, son explication vaut tripette en cas de contrôle. Mais, ce matin au moins, Carrefour alignait le Leclerc du coin sur le prix du Ricard ! 

IMG_6408

Mon panier de 20 produits est constitué. Direction la caisse pour mettre à l’épreuve la “prime EGA” Carrefour moins d’une heure après l’ouverture du magasin. Résultat : 19 produits ont donné lieu à cash-back sur ma carte de fidélité. 59,26 € dépensés, 2,05 € crédités. Un seul produit, pourtant annoncé dans la liste des 200, n’a généré aucune remise : Ricard. Et pour cause… 

IMG_6412

Pour les premières évolutions de prix post 1er février, c’est à suivre avec L’Observatoire SRP+10 / EGA avec A3 Distrib et Linéaires. 

Obs