Le , par
Je sais, je rêve (mais c’est bon de rêver)

compote

Rêvons un peu… Rêvons d’un monde où, de manière volontaire (et non sous une quelconque pression réglementaire, ce qui démontrerait leur engagement sociétal), les industriels déclinant leur offre en bio cesseraient leurs basses pratiques de la pseudo-revendication de l’origine. Exemple ici avec cette compote bio. “Fabriqué en France”, assure Valade, carte de France à l’appui. Et les pommes et les poires, elles viennent d’où, hein ? Là, c’est silence radio. Probablement pas de France, car j’imagine mal l’industriel oublier de le revendiquer. Ce qui est pourtant l’attente légitime des clients acheteurs de bio qui attribuent une vertu environnementale supérieure aux produits qu’ils choisissent de mettre dans leurs chariots. Or si les pommes et les poires ont traversé l’Europe, leur valeur environnementale est sacrément entamée… Et parce qu’il ne s’agit pas de cibler une marque plus qu’une autre ou pas davantage d’épargner les enseignes, même situation ci-dessous avec la purée bio Leclerc. 

BioVillagePurée