Le , par
Promo : la modération toujours pas en vue !

PromoFlash2

C’était l’un des objectifs de la loi EGA : mettre fin à la guerre promo à laquelle se livrent les enseignes. Et c’est… raté. Selon les données exclusives de l’étude PromoFlash (A3 Distrib / Ed. Dauvers), les enseignes ont encore accru leur effort promo en 2019. Certes, les remises sont moins généreuses en alimentaire, sauf contournement plus ou moins organisé (Carrefour et Casino principalement). Mais, globalement, la pression promotionnelle continue de progresser année après année. Sur le 3e trimestre par exemple, les enseignes ont réussi à placer 6 OP nationales supplémentaires sur un plan d’action co déjà chargé (190 OP vs 184). Surtout, l’offre promo a de nouveau progressé : 265 réfs en moyenne vs 249. Résultat   : une hausse de 7 % de la pression promo. Ce qui, après un T2 à + 6 % et un T1 stable (malgré l’absence de Pâques sur la période), garantit déjà une croissance promo sur l’ensemble de l’année. Au risque de me répéter, c’était prévisible. La guerre promo (comme la guerre des prix d’ailleurs) durera tant que les raisons de s’affronter demeureront. La principale étant le déséquilibre structurel entre l’offre (l’évolution des surfaces commerciales) et la demande (la consommation). 

 

Données issues de l’étude trimestrielle PromoFlash (A3 Distrib / Ed. Dauvers). Plus d’infos sur l’étude ici >>

PromoFlash1