Le , par
Parts de marché P4 : le panthéon et la boucherie

Kantar

La P4 Kantar (la quatrième période de 4 semaines depuis le début de l’année) est achevée depuis le 19 avril, mais il faut encore attendre pour en connaître les résultats officiels. Cela dit, à quoi bon d’attendre tant ils sont prévisibles… ? Pour ceux qui auraient manqué la première analyse sur le sujet je renvoie ici pour le détail. Mais, pour faire court, retenez que pendant la période confinée (100 % de la P4), les enseignes gagnantes seront les mieux placées sur trois facteurs de performances faciles à identifier : proximité (taille des magasins et maillage du territoire), drive (possibilité de répondre à une demande inédite en volume) et image-prix (capacité à rassurer les clients sur la valeur des euros qu’ils dépensent). A ce “jeu”, il y a, selon moi, une enseigne au-dessus de toutes les autres : Intermarché. Donc impossible que les Mousquetaires ne soient pas les grands gagnants de la P4 (ils ont déjà “remporté” la P3, partiellement confinée). Selon mes informations, le niveau de progression actuel des ventes chez Intermarché est tel que le gain de part de marché atteindra pour sûr au moins 1 pt. Et atteindre + 1,3/+ 1,4 ne paraît même pas utopique. Ce qui serait alors totalement historique. Autre enseigne attendue au panthéon de la croissance mais, de mon point de vue, un cran en deçà d’Intermarché : Système U. Les U ont des atouts à faire valoir. Mais ils sont (un peu) décrochés en image-prix et accessoirement (un peu aussi) pénalisés par une exposition aux magasins saisonniers. Les perf’ des U sur la côte Ouest (comme d’Inter d’ailleurs)  sont moins affriolantes que les moyennes nationales. La différence : le poids de l’arc Atlantique est plus lourd chez U. 

Si les deux vainqueurs grignotent 2 pts de PDM cumulés, forcément il y a des vaincus. Limite boucherie vue l’ampleur des pertes. Là encore, on les connaît : les grands hypers (Auchan, Cora, Carrefour, dans des proportions différentes selon leur surface moyenne). Le recul des ventes est inédit. De très nombreux hypers accusent une baisse supérieure à 20 %. Là encore, sur une période aussi longue, c’est du jamais vu. Et on objectera que ces résultats n’ont que peu d’importance tant ils sont particuliers. Sans doute. Mais ces résultats sont là et bien là. Allez donc expliquer à un patron d’hyper à – 20 % que ce n’est pas significatif… 

Reste le cas Leclerc. Habituée aux gains de PDM, l’enseigne a stagné sur la P3. Là encore, à la lumière des informations dont je dispose, Leclerc ne pourra pas faire mieux sur la P4, avec des destins qui se croiseront : recul de la PDM magasin (localement, les baisses de vente sont totalement inédites, perturbant plus d’un adhérent solidement installé), hausse du drive. Forcément ces violents mouvements vont secouer. Avec, dans tous les états-majors, la même question : “Conserverons-nous les nouveaux clients ?” ou “Retrouverons-nous les clients partis” ? J’ai mon idée là-dessus. Ça s’appelle la théorie de… l’élastique. Mais faudra attendre demain pour ça ;-)

 

MatricePerf