Le , par
Avec Google, Carrefour veut mettre de l’intelligence et de la praticité dans les commandes drive

Carrefour Google1

La voix, la suite. Voilà des années que la commande à la voix fait rêver tous les retailers. Il y a cinq ans (déjà !), Chronodrive présentait Izy, un assistant de courses commandable à la voix. Pas un four mais pas un succès non plus (l’expérience s’est arrêtée en 2018). Pour le client, trois obstacles : 1/ il devait acheter l’assistant (30 €) ; 2/ la reconnaissance vocale était perfectible… ; 3/ et il n’y avait pas “d’intelligence” associée pour aider le client dans son parcours d’achat. Ces trois obstacles, Carrefour et son associé techno Google assurent les avoir surmontés. Ils présentent aujourd’hui une nouvelle expérience d’achat en drive (et LAD), s’appuyant sur l’assistant de Google. 

Premier objectif de Carrefour : raccourcir le temps consacré à la liste de courses. De 45 mn à une heure – a calculé Carrefour – à quelques minutes. “Moins de 5“, promet Amélie Oudéa-Castéra, Madame digitale du groupe. Pour ce faire, 2 leviers. D’abord, une reconnaissance vocale de bonne facture (pas encore testée, donc je répète les promesses du duo Carrefour/Google). Ensuite, une intelligence signée Google pour proposer les bons produits aux clients. L’algorithme derrière (évidemment apprenant) sera nourri des achats précédents du client, de ses affinités détectées (pour le bio, telle ou telle marque, la nutrition, un niveau de gamme, etc.), des meilleures ventes et des meilleurs prix notamment. Objectif : même lorsque le client liste un produit générique, le moteur doit comprendre la réalité de la demande en proposant “LE” bon produit. Si tel est le cas, l’assistant breake réellement le temps de constitution du panier. Avec néanmoins un écueil : l’exposition à des produits auxquels le client ne pensait pas sera plus faible que dans l’environnement Carrefour (site ou appli). En clair, la solution ne séduira pas les clients fouineurs, prêts à profiter d’une bonne affaire, même hors de sa liste de courses. En revanche, elle comblera les “routiniers” pour lesquels seul compte le temps. Forcément, une part non négligeable des clients drive. Et notamment des 500 000 nouveaux adeptes de Carrefour drive recrutés pendant la crise Covid. Carrefour doit faire vite. Car Google n’a pas caché qu’il accueillera à terme d’autres retailers. 

Carrefour Google 2

 

Evidemment, on revient sur ces nouveaux outils de shopping lors des prochains Ateliers du Drive, co-organisés avec Linéaires le 29 septembre à Paris. 

AteliersduDrive2020