Le , par
Dans les coulisses du pricing Leclerc

Leclerc Pricing Fanta

Plus que toutes les autres enseignes, Leclerc établit son pricing en fonction… des autres. Pas question en effet de se laisser déborder même si la conséquence, comme ici, est fâcheuse. Exemple il y a quelques jours avec la remise “marque star” sur la gamme Fanta. Dans ce magasin, pensant bien faire, on a donc placé en TG deux réfs Fanta, le PET 1,5 l et le lot de 4. Problème : au premier coup d’oeil (et alors que l’opération revendique sa dimension consumérisme / “Budget renforcé”), ça coince. Pas possible que 4 bouteilles dépassent les 6 € si l’unité est inférieure (et nettement) à 1,50 €. Résultat : Leclerc promet un budget renforcé et commence par abuser de son client. 

L’explication est justement à chercher du côté des outils de pricing de l’enseigne et de leur dogme fondateur : l’alignement automatique (où l’intelligence de la machine supplante le bon sens de l’homme). Ici, donc, le PET 1,5 l est affiché à 1,33 € car l’un des concurrents de la zone (en l’occurrence Carrefour) détient le produit et affiche 1,33 €. En revanche, point de concurrence sur le lot 4 x 1,5 l. Le prix est donc calculé non en fonction de la concurrence mais “subit” une marge théorique (en l’occurence ici supérieure à 25 %). Et comme l’un et l’autre n’ont pas été “chaînés” la baisse de prix de l’un n’impacte pas l’autre qui, de fait, se dépositionne. Si simple.