Le , par
SAMEDI CONSO : mon carnet (retail mais pas que…) de la semaine

SC

« SAMEDI CONSO », la semaine retail (mais pas que…) passée en revue. Comme toujours en totale liberté. Et tant pis si ça pique ! 

 

SAMEDI

 

Courses chez Carrefour. « Tables festives, pensez-y », me rappelle l’enseigne. Heureusement, car si je compte sur Jean Castex pour penser aux tables festives de fin d’année, c’est raté. Merci Carrefour.

IMG_0002

 

Courses chez Leclerc (parce que chez Dauvers, c’est 2 hypers au minimum le samedi pour « bien » faire les courses). La saison du raisin ? C’est maintenant, c’est marqué dessus ! L’origine aussi, Brésil. Comme toujours, si le consommateur fait ce qu’il dit (dans les études), ça ne marchera pas. Mais si Leclerc en propose, c’est bien qu’il y a des clients pour. Donc que le consommateur ment (aux études). Ou se ment à lui-même.

IMG_9998 copie

 

 

LUNDI

 

Chez Lidl. La peur de l’impair ? Lidl propose ses galettes pour « les Rois » et… « les Reines ». Personne n’est oublié… ou presque. Les trans peut-être ?

Capture 2020-12-15 à 08.02.04

 

Leclerc Drive. Même les meilleurs (48 % de part de marché, excusez du peu) ont leurs faiblesses. La Vache qui rit x 24, vous la préférez à 3,10 € ou à 3,15 € en offre découverte ? Ça se discute !

Capture d’écran 2020-12-14 à 06.18.33

 

Frichti. Les truffes sont à – 43 %, le foie gras à – 38 %. Imaginez un instant si Carrefour ou Leclerc s’émancipait de la loi EGA… Mais, là, c’est pas pareil. C’est un acteur « mineur ». Alors ça en serait presque touchant.

Capture d’écran 2020-12-15 à 17.19.24

 

 

MARDI

 

Paris,  visite de O’Fermier, dans le quartier des Batignolles, une nouvelle enseigne positionnée circuit court (revoir ici). Suis tombé le mauvais jour. Faut revenir vendredi, c’est dégustation de champagne. Mais, à 10h du mat’, faut quand même être sacrément « accro » !

IMG_0287

 

O’Fermier toujours. Le magasin n’est ouvert que depuis quelques jours, l’informatique défaille déjà. Impossible d’indiquer les prix au litre ou au kilo, « comme l’exige la réglementation officielle ». Suis curieux de savoir si la DGCCRF se satisferait d’une excuse, même sincère ? Et je ne peux m’empêcher de faire (encore) le parallèle avec Leclerc ou Carrefour. Mais, là, c’est pas pareil. C’est un acteur « mineur ». Alors ça en serait presque touchant (bis).

IMG_0279

 

A deux pas d’O’Fermier, Carrefour Market. On peut reprocher ce qu’on veut mais pas la précision. Jour par jour, heure par heure, la fréquentation de la semaine précédente. Intéressant : l’écart avec la jauge (la ligne rouge). Ca passe crème !

IMG_0291

 

Rayon charcuterie. Carrefour a entrepris de réduire son offre, rappelle régulièrement Alexandre Bompard. Pas sur la MDD quand même. 3 références de lardons nature. Là, en autant de secondes que consacre un client ordinaire (c’est-à-dire une poignée), quelles sont les différences « évidentes » entre les trois produits ?

IMG_0293

 

Je relève le nez. Deux tablettes au-dessus, encore un lardon nature. Label Rouge celui-là. Nouvelle photo. Et une réflexion : réduire l’assortiment de marques pour, en parallèle, multiplier les références MDD, c’est, vu du client, cultiver « l’absence de choix ». Donc s’en prendre à l’attractivité de l’assortiment. Un brin de culture produit ne manquerait pas chez Carrefour (et souvent ailleurs aussi).

IMG_0295

 

 

MERCREDI

 

Ouverture de Lidl à Villetaneuse en lieu et place d’Auchan (2 200 m2, le plus grand des Lidl). Impressionnante démonstration de l’attractivité de l’enseigne et… de l’inefficacité du système de « jauge » dès lors qu’il est appliqué à un magasin de grande taille et multi-rayons. Lidl a bien compté les clients (l’enseigne a d’ailleurs investi dans une technologie « Stop&Go ») mais les clients se sont tous donnés rendez-vous au même endroit : les offres non-al. Fallait s’en douter. 

PHOTO-2020-12-16-09-37-55

 

 

JEUDI

 

Rues de Paris. Love store Concorde. Les objets connectés sont partout. Vraiment partout.

IMG_0347

 

Concorde toujours. Idée lecture originale. Sans vouloir « spoiler », j’ai quand même à l’avance une petite idée de la fin. Et firent tout ce qu’il fallait pour… ne pas avoir beaucoup d’enfants. 

IMG_0346

 

Déjeuner chez Picard. La patronne et le patron m’invitent dans leur « cuisine ». Noël avant Noël. Faut de l’audace pour faire avaler du foie gras congelé (OK, je force le trait) à un Gersois. Mais je dois reconnaître qu’il se débrouille bien le cuisinier Picard !

IMG_0372

 

Le plat. Pour 5,95 €, je recommande aussi. Vous allez me croire « acheté » ! C’est pire, attendez le dessert, je suis louangeur…

IMG_0375

 

Le dessert donc. La « Forêt secrète de Noël ». Divin et, pour une fois, « sous-vendu » par le pack. Dieu sait à quel point on peut légitimement reprocher aux packs de ne jamais refléter la réalité. Ici, c’est l’inverse et ça mérite d’être souligné. Sans trucage, le caramel coule de manière autrement plus gourmande dans l’assiette de ma voisine que ne le suggère le pack. Vous m’en ferez livrer une palette !

IMG_0379

 

Intermarché Issy. La « boboisation » de la conso en une image. Une gourde de compote bio et équitable ? 1,99 €. Pour ce prix, j’ai 4 gourdes Pom’Potes. OK, c’est pas brocoli/banane ou Guanabana (inconnu au bataillon), mais… c’est pas plus mal.

IMG_0382

 

Pas besoin d’être dans les secrets du couple Intermarché / Coca pour comprendre qu’il y a (encore) comme un froid. Et comme l’un ne s’offrait plus à l’autre, l’autre est allé voir ailleurs. L’étiquette en témoigne.

IMG_0385

 

Opération Bosch chez Carrefour. En tant que tel, rien qui mérite votre attention (et encore moins la mienne vue ma passion pour le bricolage). Sauf… le logo Carrefour, vieux de plus de 11 ans, et qui a donc pourtant passé toutes les étapes de validation sans que quiconque ne s’en émeuve. Donc, histoire d’aider en interne, voici l’avant/après en… 2009. Et, là, sur cette affiche millésime 2020, c’est bien le « avant » qui a été utilisé. C’est pas gagné pour voir les “vrais” irritants sur la surface de vente. 

IMG_6242 Carrefour

 

VENDREDI     

 

A Carrefour Villiers-en-Bière. L’un des plus « beaux » hypers de Carrefour. Donc l’un des plus beaux hypers français (et que les fêtes magnifient). Quand il devient un tel « temple de la bouffe » (et au-delà), l’hyper conserve tout son potentiel d’attraction. C’est ni drôle ni piquant mais juste rassurant sur la place de l’hyper dans le paysage. D’ailleurs, mon p’tit doigt me dit que c’est là qu’Alexandre Bompard et Rami Baitieh vont faire leurs courses de Noël aujourd’hui.

IMG_0509 IMG_0501 IMG_0502 IMG_0504 IMG_0507 IMG_0496 IMG_0499 IMG_0500