Le , par
Prix des marques en vrac : casse-tête en vue !

PricingVrac-1

Suite de cette série de posts consacrés à l’arrivée des marques en vrac chez Franprix (revoir ici et là). Aujourd’hui : toute la difficulté du pricing lorsque les produits se ressemblent et les écarts de prix importants. Deux exemples pour le riz et le café. Le riz, d’abord. Ici, trois références : deux basmati (l’un de Taureau Ailé, l’autre d’Uncle Ben’s) et deux prix différents. Proches mais différents : 4,70  et 4,90 €/kg. Evidemment, pour la caissière chargée de peser (ou même de vérifier que le client a choisi le bon produit lors de la pesée en libre-service), c’est mission impossible. Et même la différence visuelle avec le riz classique (à droite) à 2,90 €/kg paraît tenue pour l’œil peu ou pas averti. Même problème pour le café ci-dessous. 

Que faire ? La tentation la plus immédiate (et je mets mon billet que Franprix va s’y engager) est de lisser les prix pour proposer un prix unique. Un seul prix, y’a plus de problème de prix, évidemment. Mais va apparaître un problème d’offre. Dans le cas du café, bio et non bio seront donc au même prix. Incohérent. Et trouvez-moi le client qui va préférer le non-bio… pour le prix du bio ? Problème similaire pour le riz si les prix sont moyennisés : le riz long classique sera hors de prix, le basmati bradé. Seule solution donc : une construction d’assortiment encore plus millimétrée. C’est-à-dire  un assortiment large (d’unités de besoin) mais peu profond (au sein de chaque unité de besoin). Donc faire des choix, au besoin au détriment des marques. 

PricingVrac-2

 

D’ores et déjà, rendez-vous le 10 juin prochain pour les premiers Ateliers du Vrac, co-organisés par Editions Dauvers, Linéaires, Rayon Boissons et Circuits Bio. 

bandeau-Ateliers-du-Vrac