Le , par
Rétablir la situation financière des hypers Carrefour : le second défi de Rami Baitiéh

Carrefour Hypers France Renta

C’est une info VIGIE GRANDE CONSO* dans sa livraison de février : la situation financière des hypers Carrefour France sur la décennie. En perte sur les deux derniers exercices connus.

Dans la feuille de route du nouveau patron de Carrefour France, Rami Baitiéh, il y a évidemment la relance commerciale mais aussi la remise à flot économique du navire amiral : les hypers. Car la situation, sans être alarmante, est néanmoins inquiétante.

Après avoir dégagé jusqu’à près de 500 millions de résultat opérationnel courant au milieu de la décennie, les hypers Carrefour ont perdu de l’argent en 2018 et 2019. Et même si Carrefour ne communique jamais sur la ventilation de sa rentabilité entre formats, les informations auxquelles a eu accès VIGIE GRANDE CONSO sont implacables : – 132 M€ en 2018 et – 102 M€ en 2019. Incroyable mais vrai ! Et, pire, les loyers ne sont pas compris. 

Pour en arriver à pareille situation, Carrefour paye deux phénomènes qui se superposent… D’abord, le recul régulier des ventes. Sur la décennie, et malgré un parc qui a gagné 30 unités, les hypers Carrefour ont perdu environ 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le non-alimentaire l’explique grandement avec un recul de 40 %. Mais l’alimentaire est également en recul, en témoigne la part de marché PGC / Frais LS : de 12,5 % à 9,9 % selon Kantar.

Second phénomène : comparé notamment à son grand rival Leclerc, Carrefour souffre d’une structure de coûts très lourde. Trop lourde. Et lorsque le chiffre d’affaires (qui est plus qu’ailleurs un diviseur de charges) ne suit pas, les coûts deviennent étouffants. Exemple avec les frais de personnel (toujours en hypers) : 11,5 % en 2010, 12,3 % en 2020. Même tendance sur les frais généraux : de 7,6 % du CA à 9,2 %.

Voilà pourquoi Rami Baitiéh a deux objectifs distincts : la relance du chiffre d’affaires par une prise en compte obsessionnelle du Penser-Client et la productivité. Les deux objectifs devant se conjuguer dans la « dernière ligne » des hypers France. Au plus tard sur le compte d’exploitation 2021. Car, pour 2020, l’effet était insuffisant pour ramener les hypers à l’équilibre. Hier, dans sa présentation des résultats 2020 et répondant à une question que je lui posais, Alexandre Bompard a confirmé en creux que les hypers étaient encore en perte. 

* VIGIE GRANDE CONSO est l’étude retail & conso de référence que nous publions depuis 13 ans. Numéro découverte offert (avec plaisir) si vous n’avez évidemment pas déjà abusé de la découverte ;-) 

Ici >> 

 VIGIE PROMO